Une cabine dédiée à la masturbation à New York suscite quelques fantasmes

Si la société Hot Octopuss a bien mis en place une cabine dans laquelle les hommes peuvent s'isoler, toutes les informations qui ont circulé à ce propos ne sont pas fondées.

La cabine GuyFi mise en place par la société Hot Octopuss, dans les rues de New York (Etats-Unis).
La cabine GuyFi mise en place par la société Hot Octopuss, dans les rues de New York (Etats-Unis). (HOT OCTOPUSS)

Mis à jour le , publié le

"Chez Hot Octopuss, nous cherchons tous de nouvelles solutions pour améliorer le quotidien et nous pensons que c'est bien là ce que nous faisons avec la nouvelle cabine GuyFi", écrit Adam Lewis sur le site de sa société de sextoys, Hot Octopuss. L'entreprise vient en effet de mettre en place, le 14 janvier dernier dans les rues de New York (Etats-Unis), une cabine de masturbation pour hommes entre les 28e et 5e rues new-yorkaise.

L'annonce a rapidement fait le buzz. Si certains sont enthousiastes, la nouvelle reste "dégoûtante" pour d'autres, comme cette habitante de Floride qui assure "ne jamais vouloir retourner à New York" après ça. 

Coup de com' réussi pour la société. Hot Octopuss, via l'un des comptes Twitter de ses produits, affirme que "les articles et les commentaires continuent d'affluer."

Les médias et les internautes n'ont pourtant pas relayé que des informations exactes. La nouvelle a été accompagnée "d’un navrant phénomène d’amplification et de déformation", décrypte Libération.

Une seule cabine a été installée pour l'instant

Première déformation : le nombre de cabines. Beaucoup de sites ont annoncé qu'Hot Octopuss installait "des cabines" au pluriel. MeltyBuzz parle ainsi "de petites cabines qui ont un usage assez particulier" et qui "permettent aux New-Yorkais les plus pressés de 'décompresser' à la sortie du travail." Même erreur chez Mensquare, Virgin Radio ou encore sur le site du magazine GQ.

On ne trouve pourtant, pour le moment, qu'une seule et unique cabine dans les rues de New York. Hot Octopuss a pourtant assuré à Mashable (en anglais) qu'après le succès de cette première journée, "elle planifait de continuer avec cette idée en ajoutant plus de cabines animées autour de Manhattan et dans d'autres grandes villes des Etats-Unis, ainsi qu'à Londres". Selon l'entreprise, une centaine d'hommes seraient entrés dans la cabine.

Un sondage douteux sur la masturbation au travail

Pour justifier l'installation de cette cabine, Hot Octopuss met aussi en avant un sondage réalisé par le site Time Out New York (en anglais) qui assure que 39% des New-Yorkais "s'apaiseraient" sur leur lieu de travail. "Un chiffre pourtant sans fondement, pour Libération. Dont la méthodologie, selon l'aveu de la journaliste elle-même, a été de poser la question à ses fréquentations et ses contacts sur les réseaux sociaux." On peut en effet lire dans l'article: "J'ai lancé une enquête auprès de mes communautés sur les réseaux sociaux. Il s'avère que plus d'un tiers des personnes interrogées se masturbent au travail."