Des internautes offrent un fauteuil électrique à un twitto myopathe : "Je suis touché par tout cet amour"

Une cagnotte participative a recueilli plus de 14 000 euros en 24 heures pour venir en aide à un membre influent du réseau social.

Capture d'écran de la page de la cagnotte Leetchi destinée à Philousports, utilisateur myopathe de Twitter, mardi 16 février 2016.
Capture d'écran de la page de la cagnotte Leetchi destinée à Philousports, utilisateur myopathe de Twitter, mardi 16 février 2016. (LEETCHI / FRANCETV INFO)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Philippe, plus connu sous le nom de @philousports sur Twitter, est "myopathe à l'insu de son plein gré", comme il se présente lui-même. Peu habitué à se plaindre, il publie sur son compte, lundi 15 février, deux petits messages à destination de ses 50 000 abonnés, où transparaissent lassitude et amertume : "Pour avoir un fauteuil électrique, je vais encore attendre six mois."

Philippe, "15 ans dans la tête et 44 dans le corps", est plus connu sur le réseau social pour ses gifs sportifs et ses traits d'humour que pour ses coups de blues. Les deux tweets ont donc fait réagir certains de ses abonnés. "Un twitto a suggéré de lancer une initiative en s'appuyant sur les 50 000 abonnés de Philippe. Du coup, j'ai demandé l'autorisation à Philou de lancer une collecte. Il m'a d'abord dit qu'il était très mal à l'aise, puis il a fini par accepter", raconte à francetv info Lawrence Leenhardt, journaliste et amie de Philousports, qui a lancé la cagnotte. "J'ai hésité par pudeur", confirme Philippe à francetv info.

"Twitter n'est pas un repaire de 'haters'"

L'appel aux dons est finalement lancé lundi après-midi. "C'est parti très, très vite, j'ai vu monter la cagnotte à 2 000, 3 000 puis 5 000 euros, et puis je me suis couchée, on en était déjà à 9 000", s'étonne Lawrence Leenhardt. "J'ai même vu un utilisateur mettre 500 euros." La cagnotte s'élevait à plus de 14 000 euros pour plus de 1 000 participants, mardi vers 17 heures.

Un succès qui a suscité l'étonnement de Philippe et Lawrence. "En lançant la cagnotte, je lui ai dit de ne pas s'inquiéter et que, si ça se trouve, il n'aurait que 30 euros pour s'acheter un klaxon", plaisante Lawrence. "Je suis touché par l'amour des messages reçus, c'est une grosse claque pour moi, Twitter n'est pas un repaire de 'haters' [internautes attirés par la haine et le dénigrement], contrairement à ce que certains disent", s'émeut Philippe.

"Je vais pouvoir prendre un fauteuil plus performant"

Philippe a été particulièrement surpris par la réaction du monde du sport. Les comptes Twitter de l'Olympique de Marseille, de l'ASSE, du FC Nantes ou encore de l'équipe de France ont relayé l'appel aux dons. Des personnalités, comme la présentatrice de Canal+ Isabelle Ithurburu, se sont mobilisées. Des sportifs connus ont apporté leur participation. "Que le monde du sport se mobilise comme ça, je ne m'y attendais pas, il me rend l'amour que je lui porte", se réjouit Philousports.

Lawrence et Philippe ont décidé de fermer la cagnotte dans la soirée de mardi, car la somme de 3 500 euros fixée au départ était largement dépassée. "Avec l'argent, je vais pouvoir me prendre un fauteuil plus performant que l'entrée de gamme et avec le reste, je vais réaliser des rêves, mais chaque euro utilisé sera justifié sur Twitter", annonce Philippe.

"Je n'aurais pas dû passer la nuit"

Cette somme ne sera pas superflue pour Philippe, dont la maladie n'est pas facile à vivre. "Son quotidien est compliqué", témoigne Lawrence, qu'il a rencontrée sur Twitter. "Je suis myopathe depuis l'âge de 14 ans. Je suis tombé dans le coma à la suite d'une cardiopathie et je n'aurais pas dû passer la nuit, selon le pédiatre. Il s'est trompé. Tant mieux", raconte Philippe.

Survivant, il a décidé de se lancer en 2011 sur Twitter et s'est fait une spécialité avec le gif animé sur les événements sportifs : "Je voulais partager ma passion du sport et faire rire les gens." Avec cette cagnotte, les internautes ont décidé de lui montrer qu'ils n'étaient pas insensibles à son humour, ni au reste.