Twitter fête ses 10 ans : voici à quoi ressemblait le réseau social à ses débuts

Depuis le 21 mars 2006, le site créé par Jack Dorsey et ses copains a bien évolué. 

La page d'accueil de Twitter, le 20 juillet 2009.
La page d'accueil de Twitter, le 20 juillet 2009. (LOIC VENANCE / AFP)

Mis à jour le , publié le

L'oiseau bleu a dix ans. Twitter a été lancé le 21 mars 2006 par Evan Williams, Noah Glass, Biz Stone et Jack Dorsey. Le même jour, ce dernier publiait le tout premier message de l'histoire du réseau social : "En train de paramétrer mon compte twttr."

Twitter ne sera ouvert au grand public qu'en juillet 2006. A l'époque, très peu de membres et de possibilités. Le site de microblogging en 140 caractères est loin de l'apparence qu'il arbore aujourd'hui. Si vous n'étiez pas inscrits ou si votre mémoire vous fait défaut, voici, dix ans plus tard, trois choses à savoir sur les prémices de Twitter, pionnier dans cette nouvelle forme de communication.

Publications sur Twitter rendant hommage à Michael Jackson, le 26 juin 2009.
Publications sur Twitter rendant hommage à Michael Jackson, le 26 juin 2009. (AFP)

Des messages sur la vie quotidienne

Les premiers utilisateurs en ont sûrement un petit peu honte. Leurs premiers "gazouillis" étaient très personnels. L'un "dort", l'autre "avale un sandwich en vitesse". Sur Twitter, on raconte sa vie et à la troisième personne. De quoi faire rougir les adeptes d'aujourd'hui, comme @mrdl qui écrit : "Oh mon Dieu ! J'écrivais à la troisième personne quand j'ai commencé ici !! *baisse la tête de honte*."

"A l'époque, Twitter, c’était des statuts pour dire ce qu’on était en train de faire. La question posée était 'Que faites-vous ?' Et moi je répondais bêtement à la question", se souvient Christophe Carron, journaliste inscrit en mai 2007. "C'était bien plus personnel qu'aujourd'hui, même si on pouvait déjà marquer des personnes grâce aux @", décrit Bob Goyetche, chargé de clientèle inscrit en octobre 2006.

Twitter décrivait alors son service comme une "communauté mondiale d'amis et d'inconnus répondant à une question simple : que faites-vous ?" Les "twittos" répondaient souvent en anglais, comme le notait 20 Minutes en décembre 2007 : "Sur ces sites nés aux Etats-Unis, les internautes, y compris français, s’amusent à rédiger leurs activités en anglais ou, plutôt, en pseudo-anglais. Ce qui donne : un tel 'is in love with Olivia Ruiz but it's impossible...' ou 'vendredi, c'est family party !'"

Le réseau social s'est peu à peu transformé en un véritable média. "Cela s'est retourné vers de l'actualité, du partage d'information", explique Simon Robic, utilisateur de 28 ans inscrit dès février 2007. "Quand l'avion a atterri dans l'Hudson, à New York, c'est probablement la première actualité dont j'ai pris connaissance via Twitter", explique Bob Goyetche, mentionnant les tweets de Janis Krums qui décrivait les faits le 15 janvier 2009 : "Il y a un avion dans l'Hudson. Je suis dans le ferry pour aller chercher les gens. C'est fou."

Une expérience très réduite

Les premiers tweets ne faisaient pas dans la complexité. "C'était assez rudimentaire. Il n'y avait pas de hashtags, les liens n'étaient pas cliquables dans les messages. L'expérience était assez réduite", détaille Simon Robic. "On commence à beaucoup jouer et à tester le réseau. @Biz a essayé d'insérer une vidéo et a cassé son compte", s'amuse alors Jack Dorsey.

Le hashtag, symbole du réseau à l'oiseau bleu, a été proposé en 2007 par Chris Messina dans un post de blog (en anglais). "Que pensez-vous d'utiliser un # pour des groupes ?", écrit-il. "Ce qui était une grande conversation globale est devenue, grâce au hashtag, un espace où on a pu catégoriser, rationaliser et se concentrer sur des sujets qui nous intéressaient", d'après Simon Robic.

Rapidement, les utilisateurs ont contourné les barrières imposées par l'outil. "Les gens commençaient à copier-coller des tweets en inscrivant 'RT' avant. Twitter a donc intégré le retweet en natif. Ils se sont ensuite mis à publier des liens vers des photos hébergées sur d'autres sites, Twitter a donc permis la publication d'images", explique Simon Robic. Avec toutes ces nouvelles perspectives, "tout a changé. On a fait passer Twitter d'un réseau social de discussion sans réel but à un média", souligne Christophe Carron.

Une communauté confidentielle

Si, aujourd'hui, Twitter revendique 320 millions d'utilisateurs actifs par mois, il n'en était pas de même au début. "Quand on avait 100 followers ou trois retweets, on était content. Ce n’etait pas du tout les mêmes chiffres", se rappelle Christophe Carron. Qui étaient donc ces avant-gardistes ? Des blogueurs principalement, des gens gravitant autour de "l'univers du web, des start-up, etc., selon Simon Robic. C'était difficile de trouver des gens à suivre. Je suivais donc les Français qui étaient présents à l'époque, 200 grand maximum, les gens de ma ville. C'était assez confidentiel finalement."

Si peu de personnes que la page d'accueil de Twitter faisait défiler les tweets du monde entier. "Cela permettait d'avoir un bruit mondial. Mais aujourd'hui, ce serait impossible. Il y a beaucoup trop d'utilisateurs, trop de tweets. Cela irait bien trop vite", expose Christophe Carron.

Capture d'écran de la page d'accueil de Twitter, le 2 février 2007.
Capture d'écran de la page d'accueil de Twitter, le 2 février 2007. (ARCHIVE.ORG / TWITTER)

Sont ensuite arrivés les politiques et les célébrités. Barack Obama, premier politique à intégrer le réseau en mars 2007, "a montré que Twitter avait un vrai intérêt, qu'il était possible de créer des liens avec une communauté", explique Simon Robic. La Nasa, l'agence spatiale américaine, s'inscrit, elle, en décembre 2007. Suivent Lady Gaga en mars 2008 ou encore Britney Spears en septembre 2008.

Les politiques français adoptent eux aussi Twitter. En janvier 2009 pour François Hollande, en août 2009 pour Manuel Valls et Ségolène Royal, en février 2011 pour Alain Juppé ou encore en février 2012 pour Nicolas Sarkozy. Et si les publications de Barack Obama n'étaient retweetées que quatre à dix fois au départ, elles le sont désormais plus de 5 000 fois en moyenne.