Pourquoi vous ne devriez pas trop vous emballer pour Stolen, la dernière application qui passionne Twitter

Le jeu permet d'acheter – avec de la fausse monnaie – des comptes Twitter. Le principe hystérise les utilisateurs du réseau social, mais pourquoi donc ?

Taylor Swift, Donald Trump et Justin Bieber sont les comptes les plus coûteux sur l'application Stolen, le 12 janvier 2016.
Taylor Swift, Donald Trump et Justin Bieber sont les comptes les plus coûteux sur l'application Stolen, le 12 janvier 2016. (STOLEN / FRANCETV INFO)

Mis à jour le , publié le

Taylor Swift est un investissement rentable : sur Stolen, elle vaut 53 millions de faux dollars. La chanteuse américaine est la star de ce nouveau réseau social, présenté comme "une plongée dans le monde sans pitié du capitalisme" par Les Inrocks.

L'objectif du jeu est simple : il s'agit de faire fructifier son pactole de départ en "achetant" des comptes Twitter, avant de se les faire "voler" par un autre utilisateur. Ça sert à quoi ? A rien, mais ça n'empêche pas l'application d'être de toutes les discussions sur les réseaux sociaux. Francetv info vous explique pourquoi il ne faut pas trop s'emballer pour Stolen.

Parce qu'elle ne s'adresse qu'à un public limité

Stolen n'est pour l'heure accessible qu'à quelques "happy few". Pour s'y connecter, il faut déjà posséder un iPhone, car l'application n'est disponible que sur iOS, et pas sous Android. Les utilisateurs doivent également être inscrits sur Twitter et disposer d'un compte certifié sur le réseau social ou obtenir une invitation.

Le programme est encore en phase de rodage, explique le Huffington Post, et ces codes d'accès sont délivrés au compte-goutte. D'où une certaine frénésie parmi les utilisateurs de Twitter, qui multiplient les messages avec le mot-dièse #stolencode pour obtenir l'un des précieux sésames. Certains sont même disponibles à la vente sur eBay.

Parce que ça va vous rendre fou... pour pas grand-chose

Autant vous le dire tout de suite, "l'application n'a pas grand intérêt", résument Les Inrocks. Cela ne va pas vous empêcher de devenir accro en quelques minutes, à l'instar de certains journalistes de francetv info. Le créateur de l'application, Siqi Chen, assure à Fortune (en anglais) que certains bêta-testeurs ont même abandonné Stolen, trop addictive à leur goût.

A un moment donné, 70% des utilisateurs de Stolen étaient connectés en même temps, explique le magazine. L'application est pourtant conçue pour être jouée quelques minutes par-ci par-là, mais "les gens restent là à jouer pendant des heures", note Siqi Chen. "C'est la pire des applications, assument d'ailleurs les créateurs dans l'Apple Store (en anglais). On est désolé de l'avoir créée."

Parce que ça risque de ne pas durer très longtemps

Les créateurs de Stolen le savent : leur temps est désormais compté. Ils estiment que, dans sa version actuelle, le programme n'a qu'une durée de vie très limitée. Une fois le buzz passé, il faut trouver un moyen de convaincre les utilisateurs de continuer à perdre leur temps : "Nous travaillons 24h/24, sept jours sur sept pour ne pas mourir d'ici le mois prochain", confie Siqi Chen à Fortune.

Car Stolen pourrait bien connaître le sort, peu enviable, d'autres programmes. "Régulièrement, les réseaux sociaux s'emballent pour de nouvelles applications, remarque Slate.fr. Une effervescence indispensable qui n'est pas forcément un gage de succès sur le long terme." Vous vous souvenez de Yo, l'application qui ne servait qu'à échanger des "yo", et qui avait un temps agité la rédaction de francetv info ? "Potentiellement lucrative", "sacrément pratique" et "drôle", elle est depuis retombée dans les oubliettes de l'internet. D'où elle n'aurait peut-être jamais dû sortir.