"Le blanc, c'est la pureté" : accusé de racisme, Nivea retire une publicité

Des suprémacistes blancs américains ont aussitôt salué ce slogan, qui perpétue un cliché raciste selon lequel la blancheur est synonyme de pureté.

Des déodorants de la marque Nivea, dans une usine d\'Hamburg, en Allemagne, le 8 mars 2017. 
Des déodorants de la marque Nivea, dans une usine d'Hamburg, en Allemagne, le 8 mars 2017.  (SINA SCHULDT / DPA / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La publicité pour un déodorant a été postée sur la page Facebook de Nivea le 31 mars, à l'intention des clients de la marque Moyen-Orient. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le message est mal passé : sur la photo, qui montre une femme de dos, vêtue d'un peignoir blanc, apparaît la phrase en anglais "White is purity" ("le blanc, c'est la pureté"). Or, cette association, entre "blanc" et "pureté" sous-entend la non-pureté des autres couleurs, et contribue ainsi à perpétuer des clichés racistes, ce qui a indigné de nombreux internautes.

Après avoir retiré cette publicité, la marque a présenté ses excuses, rapporte Buzzfeed (lien en anglais), jeudi 6 avril. "Nous sommes profondément désolés envers toute personne choquée par ce post. Après avoir compris que ce post était trompeur, nous l'avons immédiatement retiré. La diversité et l'égalité sont des valeurs fondamentales de Nivea", a commenté un responsable de la marque allemande cité par la BBC (lien en anglais).

"Honte sur vous !"

"Mais qu'est-ce que c'est que cela ? La pureté blanche ? Honte, honte, honte sur vous. Renvoyez votre responsable marketing et quiconque a validé cette publicité", a tweeté une femme, interpellant la marque. "Entre le 'le blanc, c'est la pureté' de Nivea, et le 'Black soda matters' de la publicité Pepsi, je pense qu'il est temps que j'ouvre ma société de conseil 'et si vous demandiez l'avis d'une personne noire ?'", a lancé une humoriste américain, faisant référence à une autre campagne publicitaire vivement critiquée.

Les suprémacistes blancs américains, très actifs sur les réseaux sociaux, ont quant à eux salué cette campagne publicitaire, relayant de nombreux détournements sur les réseaux sociaux et les sites nationalistes du mouvement alt-right