La Cnil laisse trois mois à Facebook pour respecter la loi sur les données des internautes

L'autorité française accuse le réseau social "de nombreux manquements à la loi".

Le logo de Facebook, créé à partir de photos d'utilisateurs, est affiché sur le mur d'un bâtiment du groupe à Lulea (Suède), le 7 novembre 2013.
Le logo de Facebook, créé à partir de photos d'utilisateurs, est affiché sur le mur d'un bâtiment du groupe à Lulea (Suède), le 7 novembre 2013. (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) lance un nouvel ultimatum à Facebook. L'autorité en charge de la protection des données personnelles laisse trois mois au réseau social pour respecter la loi sur la collecte et l'utilisation des données des internautes, selon un communiqué publié lundi 8 février.

La Cnil a relevé "de nombreux manquements" à la loi, lors de contrôles dans les bâtiments du groupe et en ligne. Elle reproche notamment au réseau social de suivre la navigation des internautes sur d'autres sites, à leur insu, et ce même s'ils ne disposent pas d'un compte Facebook. Le groupe dirigé par Mark Zuckerberg est aussi accusé de recueillir des données sur les opinions politiques et religieuses ou encore sur l'orientation sexuelle de ses utilisateurs, sans leur consentement.

Menace de sanction

"La présidente de la Cnil a donc décidé de mettre en demeure les sociétés Facebook Inc. et Facebook Ireland de se conformer à la loi dans un délai de trois mois", précise la commission informatique et libertés dans son communiqué. "L'objet de cette mise en demeure n'est pas de se substituer au réseau social pour fixer les mesures concrètes à mettre en place, mais de le conduire à se mettre en conformité avec la loi, sans entraver son modèle économique ni sa capacité d'innovation", poursuit l'autorité. Si Facebook ne se plie pas à l'ultimatum de la Cnil d'ici trois mois, il s'expose à une sanction dont la nature n'a pas été précisée.