Il y aura plus de morts que de vivants inscrits sur Facebook en 2098

L'estimation, imprécise, pose toutefois la question de la gestion des comptes sur les réseaux sociaux après la mort de leurs propriétaires.

Les photos des utilisateurs de Facebook forment le logo du réseau social dans un bâtiment de la compagnie à Lulea (Suède), le 7 novembre 2013.
Les photos des utilisateurs de Facebook forment le logo du réseau social dans un bâtiment de la compagnie à Lulea (Suède), le 7 novembre 2013. (JONATHAN NACKSTRAND / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Dans quelques dizaines d'années, la plupart des profils Facebook appartiendront à des morts. C'est du moins ce qu'affirme Hachem Sadikki, un statisticien de l'université du Massachusetts (Etats-Unis). Selon une estimation réalisée par cet Américain, le réseau social comptera plus de 50% de profils de personnes décédées en 2098, rapporte BFMTV, mardi 8 mars.

La date de cette échéance peut encore changer

La théorie d'Hachem Sadikki manque toutefois de précision. Le statisticien s'est en effet servi des données démographiques de l'agence américaine pour la santé publique pour réaliser sa projection. Le taux de décès aux Etats-Unis ne peut toutefois pas être appliqué à la planète entière et ces chiffres peuvent évoluer au cours des prochaines décennies. Conclusion : la date de cette échéance peut encore changer, souligne BFMTV.

A défaut d'être précise, cette estimation pose une question importante : que vont devenir les profils des utilisateurs des réseaux sociaux après leur mort ? Pour pouvoir fermer le compte Facebook d'une personne décédée, ses proches doivent auparavant avoir été désignés comme "légataires", rappelle BFMTV. C'est donc l'occasion d'aller vérifier vos paramètres et de mettre en place votre testament, au moins sur Facebook.