Moteur de recherche : la Commission européenne accuse Google d'abus de position dominante

Bruxelles a également ouvert une enquête, mercredi, sur d'éventuelles infractions de l'entreprise américaine aux règles européennes de concurrence avec son système d'exploitation pour mobiles Android.

La Commission européenne a accusé Google d'avoir abusé de sa position dans le secteur des moteurs de recherche pour mettre en avant certains de ses services.
La Commission européenne a accusé Google d'avoir abusé de sa position dans le secteur des moteurs de recherche pour mettre en avant certains de ses services. (DADO RUVIC / REUTERS)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La Commission européenne avait depuis longtemps Google dans son collimateur. Elle a formellement accusé la firme américaine, mercredi 15 avril, d'abus de position dominante dans le secteur des moteurs de recherche. 

Distinctement de cette procédure, la Commission a aussi annoncé l'ouverture d'une enquête sur le système d'exploitation de Google pour appareils mobiles, Android, ainsi que ses applications et les services pour smartphones et tablettes. Elle veut établir si Google a pu entraver l'arrivée de concurrents sur ce marché, en concluant des accords avec les fabricants de téléphones, enfreignant ainsi les règles européennes de concurrence.

Un service de comparaison de prix favorisé par Google ?

La commissaire européenne en charge de la Concurrence a détaillé les accusations qui pèsent sur l'activité de moteur de recherche de Google, qui représente 90% des recherches sur internet dans la plupart des pays d'Europe. "Je crains que l'entreprise n'ait injustement avantagé son propre service de comparaison de prix", a-t-elle expliqué, en le mettant en avant dans les résultats des recherches des internautes, au détriment de résultats plus pertinents.

La Commission a fait parvenir "une communication de griefs" à Google, qui a dix semaines pour répondre aux accusations. Si la réponse ne convainc pas la commission, la firme "devrait assumer les conséquences juridiques" de ses pratiques, a expliqué la commissaire. Google pourrait écoper d'une amende équivalant à 10% de son chiffre d'affaires, et dépassant donc les 6 milliards de dollars.

En novembre, les députés européens avaient adopté une résolution proposant de démanteler le géant américain, et séparer le moteur de recherche de Google de ses activités commerciales, pour mettre fin à ce problème.