Défilé du 14-Juillet : un drone militaire pour surveiller les Champs-Élysées

Le drone Reaper est mobilisé pour la première fois, à l'occasion d'une mission sur le territoire national. Il va surveiller les moindres mouvements des passants autour des Champs-Élysées.

Un drone Reaper, fabriqué par la firme américaine General Atomics, sur la base aérienne française de Niamey (Niger), en janvier 2015.
Un drone Reaper, fabriqué par la firme américaine General Atomics, sur la base aérienne française de Niamey (Niger), en janvier 2015. (DOMINIQUE FAGET / AFP)
logo
Pierrick BonnofranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Deux drones militaires vont voler au-dessus de Paris pendant le défilé du 14-Juillet sur l'avenue des Champs-Élysées. Le premier, un Patroller de Safran, fournira les images pour la télévision. Le second, un Reaper, surveillera la zone pour assurer la sécurité des invités et des spectateurs.

>> A lire aussi. Un drone high-tech pour fournir les images aériennes du défilé du 14-Juillet.

Le défilé du 14-Juillet est placée sous très haute sécurité, dans un contexte de menaces terroristes et en raison de la présence du président américain Donald Trump dans les tribunes. Près de 11 000 policiers et gendarmes seront mobilisés à Paris pour les festivités de la fête nationale.

Sa première mission dans le ciel français

Le drone nouvelle génération, baptisé Reaper, va décoller de la base de Cognac (Charente) et survolera la capitale pour assurer en temps réel la sécurité du défilé. L'armée française dispose de six drones de ce type, les cinq autres sont engagés au Niger pour des missions de surveillance militaire. C'est la première mission opérationnelle de ce drone sur le territoire national. 

Cet avion sans pilote, qui pèse plus de quatre tonnes, volera beaucoup trop haut pour qu'il puisse être aperçu depuis le sol. En revanche, malgré l'altitude, lui verra tout. Ce drone ultra-sophistiqué sera capable d'observer en temps réel les faits et gestes des passants autour des Champs-Élysées.

"Le but, c'est d'être capable de surveiller différents points d'intérêt pré-identifiés, explique le lieutenant colonel Tanguy Benzaquen, commandant de l'escadron de drones 1/33 de Belfort, Si on découvre quoi que ce soit, il s'agira d'orienter les forces d'intervention sur la zone d'intérêt pour aller vérifier ce qu'il se passe, et d'éventuellement coordonner une action. On ne fait pas de la surveillance aérienne à proprement parler. Ce drone est plus là pour surveiller ce qu'il se passe au sol."

Un appareil de fabrication américaine

Le drone Reaper sert également de relais radio : "On est capable de contacter n'importe quel aéronef ou personnel qui intervient dans le dispositif. C'est donc aussi un relais de commandement."

L'appareil est fabriqué par l'Américain General Atomics, mais le ministère des Armées précise que son déploiement au dessus de Paris n'a rien à voir avec la présence du président Donald Trump. D'après le ministère, c'est une coïncidence, le drone a été introduit dans le dispositif bien avant l'annonce de sa visite.