Saïd Arif, militant islamiste de nationalité algérienne, assigné à résidence depuis octobre 2012 à Brioude (Haute-Loire), a pris la fuite vraisemblablement samedi 11 mai au soir à bord d'une voiture volée, selon le procureur du Puy-en-Velay.

Saïd Arif, 47 ans, condamné en France pour terrorisme, évoquait les dictatures arabes et parle des attentats suicides comme d'un moyen efficace de lutte, lors une interview accordée à un hebdomadaire de la Haute-Loire. Il était revenu sur ces propos devant la caméra de nos confrères de France 3 en Avril 2013 : "La phrase laisse entendre que je légitime la mort des innocents… ce qui n'est pas le cas bien sûr", affirmait celui qui était toujours en résidence surveillée à Brioude. Ses propos relayés dans l'article avaient été pris très au sérieux par la justice française. Une enquête avait d'être ouverte pour apologie du terrorisme. Pour le maire de Brioude qui parlait de provocation, c'était une raison supplémentaire de voir Saïd Arif quitter sa commune.

Capture d'éacrn - avril 2013 - Saïd Arif, un ressortissant algérien,  à Brioude en Haute-Loire alors qu'une enquête le vise pour apologie du terrorisme.
Capture d'éacrn - avril 2013 - Saïd Arif, un ressortissant algérien,  à Brioude en Haute-Loire alors qu'une enquête le vise pour apologie du terrorisme. ( FRANCE 3 AUVERGNE / FRANCETV INFO)