Le défilé du 14-Juillet a été marqué du sceau de la rigueur. L'armée n'échappe pas au gel des crédits. Le moral des troupes est en berne en dépit du succès de l'opération Serval au Mali. Les efforts annoncés ont suscité une vive tension chez certains hauts gradés. "Les soldats font leur métier dans des conditions difficiles - on l'a vu au Mali - et ils ont le sentiment  que la Nation, désormais, ne leur donne pas toujours les moyens dont il ont besoin", constate le général Vincent Desportes. 

François Hollande a été sensible à leurs inquiétudes lorsqu'il a rencontré samedi 13 juillet le corps des armées. "Les crédits de la défense seront donc, à la différence de la plupart des ministères, préservés", a déclaré le Président. Le budget de la défense reste stable à 31,4  milliards d'euros par an. Mais le Livre blanc prône la suppression de 24 000 supplémentaires d'ici à 2019.


La loi de programmation militaire sera présentée le 2 août prochain en conseil des ministres, puis sera examinée à l'automne aux parlementaires.

 

 

 

 

Défilé militaire traditionnel sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris, le 14 juillet 2012.
Défilé militaire traditionnel sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris, le 14 juillet 2012. (BERTRAND GUAY / AFP)