SUCCESSION A L'UMP - La date butoir du mardi 18 septembre a été fatale à la candidature de Nathalie Kosciusko-Morizet. La député de l'Essonne a annoncé mardi sur Europe 1 qu'elle n'avait pas réussi à obtenir les 7 924 parrainages nécessaires pour se présenter à l'élection du président de l'UMP. "Hier soir au dernier pointage, j'étais à un peu moins de 7 000" a expliqué l'ancienne ministre.

Si elle se félicite que ses propositions soient "largement reprises par les autres candidats", elle pointe du doigt la procédure de désignation du président du parti, "lourde et vieillotte". "Et en plein mois d'août, c'était particulièrement compliqué, (...) à quelques jours près, je passais la barre."

Nathalie Kosciusko-Morizet, député UMP de l'Essonne, le 25 août 2012 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Nathalie Kosciusko-Morizet, député UMP de l'Essonne, le 25 août 2012 à Marseille (Bouches-du-Rhône). (SOLLIER CYRIL / MAXPPP)