Il n'en est pas question. A un an des municipales, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire UMP à la mairie à Paris, a écarté toute alliance entre son parti et le FN, au micro de RTL, mercredi 8 mai. "Il y a un accord entre tous les responsables de ma famille politique (...), c'est qu'il n'y aura jamais, il n'y aura pas d'alliance avec le Front national." Avant elle, le président de l'UMP, Jean-François Copé, avait lancé le même avertissement lors de son meeting à Nîmes (Gard), lundi 6 mai, rapporte Le Figaro "Le Front national est un parti extrémiste", a-t-il déclaré.

NKM est toutefois prudente sur les éventuelles consignes de vote de l'UMP. "Il y a parfois des dissensions sur la question de savoir ce qu'on fait dans certains cas très particuliers, quand il y a un second tour PS - FN", reconnaît-elle. 

"J'ai dit très clairement ce que je faisais moi dans ce genre de cas, parce que je ne crois pas qu'on puisse les renvoyer les uns et les autres, dos à dos", précise la députée UMP. Nathalie Kosciusko-Morizet a toujours indiqué qu'elle appellerait à voter socialiste, dans ce cas de figure. "Le fait majeur, c'est que tout le monde soit d'accord pour dire : 'Pas d'alliance, jamais, avec le Front national.' C'est ça qui compte." 

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire UMP à la mairie de Paris, le 9 avril 2013 à Paris. 
Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire UMP à la mairie de Paris, le 9 avril 2013 à Paris.  (PATRICK KOVARIK / AFP)