Najat Vallaud-Belkacem a la rescousse d'Arnaud Montebourg. Interrogée sur l'éviction de Delphine Batho, mardi 2 juillet, la porte-parole du gouvernement a estimé que l'ancienne ministre de l'Ecologie avait "enfreint une règle", celle de la solidarité gouvernementale. Invitée du Grand Soir 3, elle a réagi à l'éventuelle inégalité de traitement entre Delphine Batho, peu connue pour ses coups de gueule, et le ministre du Redressement productif, coutumier du fait. 

"Pourquoi en l'occurrence voyez-vous en Delphine Batho la femme ? C'est la ministre en charge de l'Ecologie et du Développement durable qui s'est exprimée ce matin et qui (...) a enfreint une règle que chacun peu comprendre au sein d'un gouvernement. Les ministres doivent être solidaires et faire preuve de cohésion gouvernementale, et donc être comptables des décisions et des arbitrages rendus par le Premier ministre. Je crois que Delphine Batho le savait parfaitement", a fait valoir Najat Vallaud-Belkacem.

"Arnaud Montebourg, à ma connaissance, n'a jamais contesté publiquement un arbitrage d'ores et déjà rendu par le Premier ministre. On l'a entendu s'exprimer avant que l'arbitrage ne soit rendu", a poursuivi la porte-parole de gouvernement. 
Elle souligne qu'à l'inverse, l'ancienne ministre de l'Ecologie "a contesté publiquement, après arbitrage du Premier ministre, le budget". Delphine Batho avait qualifié ce budget de "mauvais"

"L'écologie est un levier de sortie de crise" 

Najat Vallaud-Belkacem est aussi revenue sur la décision des Verts de rester au  gouvernement. "Je suis favorable à ce que le gouvernement continue à fonctionner comme il a fonctionné jusqu'à présent. J'aurais préféré ne pas avoir à constater le départ de Delphine Batho non plus." Quant au prérequis à cette présence évoqué par Pascal Durand, secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts, qui a demandé au gouvernement "des engagements et des actes" en faveur de l'écologie "dès 2014", Najat Vallaud-Belkacem a assuré que le budget présenté "aujourd'hui" avait "de quoi satisfaire tous ceux qui sont convaincus que l'écologie doit être une priorité politique".

Invitée à se prononcer sur l'éventuel désamour du gouvernement pour l'écologie, la porte-parole a rappelé les actions menées et les projets à venir. "Nous considérons que l'écologie est un levier de sortie de crise", a-t-elle insisté.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et la ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, en octobre 2012 à Paris.
Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, et la ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, en octobre 2012 à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)