Après l'explosion d'un train transportant du pétrole au Québec, qu'en est-il de la situation en France ? Dans notre pays, ce produit est surtout transporté par la route ou les oléoducs. Mais il existe bien d'autres produits dangereux et inflammables.

Chaque année, plus de 20 000 wagons de fret, jugés sensibles, transitent par Drancy (Seine-Saint-Denis) et sont autant de bombes à retardement au cœur de la ville. Les riverains se sentent en danger. Certains ont même lancé un collectif pour réclamer le déménagement de la gare de triage.

Les procédures d'urgence ne suffisent pas aux élus

En cas de fuite d'un produit toxique, une zone urbaine de plus de 200 000 habitants serait concernée, selon les élus, avec des risques mortels. D'autant que la sécurité est insuffisante autour de la gare, déplore Jean-Yves Souben, adjoint au maire EELV à la mairie du Blanc-Mesnil. Il rappelle que certains jeunes "passent leur soirée ici, s'alcoolisent beaucoup".

La préfecture prévoit des mesures à suivre en cas d'explosion ou de fuite. En mars dernier, par exemple, les autorités ont déployé un périmètre de sécurité après une fuite de gaz sur un wagon. Ce qui est loin de convaincre Jean-Christophe Lagarde, maire UDI de Bobigny. La responsabilité de l'Etat, selon lui, est "de faire en sorte qu'il n'y ait pas de catastrophe en envoyant les wagons loin des habitants".

Chaque année, plus de 20 000 wagons de fret, jugés sensibles, transitent par Drancy (Seine-Saint-Denis).
Chaque année, plus de 20 000 wagons de fret, jugés sensibles, transitent par Drancy (Seine-Saint-Denis). ( FRANCE 2 / FRANCETV INFO)