"On a tué Audin", confesse, le souffle court, le général Paul Aussaresses, mort le 3 décembre dernier, dans un document inédit diffusé en exclusivité dans le Grand Soir 3 du mercredi 8 janvier. Ces aveux posthumes ont été recueillis par le journaliste Jean-Charles Deniau, invité du journal, qui publie La vérité sur l’affaire Audin aux éditions Les Equateurs, jeudi 9 janvier.

"On l'a tué au couteau pour faire croire que c'était les Arabes qui l'avaient tué", répond dans l'extrait sonore le tortionnaire à Jean-Charles Deniau, qui lui demande de préciser les circonstances de la mort de Maurice Audin, professeur de mathématiques à l’université d’Alger, assassiné en juin 1957 par les parachutistes français et porté disparu depuis.

"Qui c'est qui a décidé de ça ? C'est moi", poursuit le général Aussaresses. Invité par Jean-Charles Deniau à ne dire que la vérité, l'ancien militaire conclut : "La vérité, c'est qu'on a tué… J'ai dit : 'Il faut qu'on tue Audin'." 

 

 

 

Le général Paul Aussaresses, photographié le 7 juillet 2001 à Paris.
Le général Paul Aussaresses, photographié le 7 juillet 2001 à Paris. (JOEL ROBINE / AFP)