VIDEO. Le Mistral : un navire de guerre français multifonctionnel

Le Mistral, un bâtiment de projection et de commandement français, est un navire de guerre polyvalent. Une équipe de France 3 l’a visité.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

Le Mistral stationne au large de Fréjus. C’est l’un des trois bâtiments de projection et de commandement français (BBC). Il peut contenir 450 fantassins et une soixantaine de blindés. "Le principe c’est de ballaster le bateau, de l’enfoncer dans l’eau pour créer un bassin dans lequel les chalands, où sont embarqués les véhicules, vont flotter", explique le capitaine de vaisseau Benoit de Guibert.

Pour un des exercices de mise en situation, les soldats doivent débarquer sur une plage avant de partir à l’assaut de milices dans un pays déstabilisé. Une opération fictive dans un contexte international tendu. "Il faut être prêt, à proximité des côtes sans interférer avec les discussions diplomatiques. La présence d’une force à la mer fait peser une certaine menace, c’est un levier supplémentaire à destination du pouvoir politique", détaille le contre-amiral Frédéric Damlaincourt.

Navire multifonctionnel

Le BBC peut accueillir un Etat-major de 150 militaires avec tous leurs moyens de communication. Il y a aussi un véritable hôpital de 800 m², l’équivalent d’un complexe hospitalier d’une ville de 30 000 habitants. C’est aussi une plateforme de débarquement pour 16 hélicoptères lourds. Ce bateau polyvalent remplace deux ou trois bâtiments spécialisés, une caractéristique essentielle dans un contexte de restrictions budgétaires. Cela donne la possibilité de mener à bien différents types de missions de l’assistance humanitaire à des missions de plus grande intensité, comme au large de la Lybie à l’été 2011.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le "Vladivostok", porte-hélicoptères de classe Mistral, dans le port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 9 mai 2014.
Le "Vladivostok", porte-hélicoptères de classe Mistral, dans le port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 9 mai 2014. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)