"Un homme qui fut une conscience, un grand Français, un juste." Le président François Hollande, entouré d'anciens résistants et de personnalités de gauche, a rendu, jeudi 7 mars aux Invalides, un très solennel hommage national au résistant, intellectuel et militant Stéphane Hessel, disparu le 27 février à l'âge de 95 ans. Le chef de l'Etat a salué "un homme libre" et "un juste".

"Son indignation n'était pas une morale de l'impuissance, elle était et demeure une exigence d'action", a déclaré François Hollande pendant son éloge funèbre, prononcé en présence de la famille Hessel. Enfants, petits-enfants et arrières petit-enfants entouraient la veuve de l'intellectuel, Christiane, que François Hollande a embrassée chaleureusement après avoir passé les troupes en revue.

Avant François Hollande, l'ancien résistant et historien Jean-Louis Crémieux-Brilhac a longuement évoqué le souvenir du "jeune officier charmeur" qu'il avait rencontré en 1942, à Londres, et avec lequel il noua "une fraternité de soixante-dix ans". Debout dans une émouvante dignité, l'homme de 96 ans a égrené les qualités de son ami, avec qui il avait "tutoyé la mort". Guillaume Daret et Jeff Wittenberg pour France 2 reviennent sur cette cérémonie. 

La dépouille de Stéphane Hessel saluée par François Hollande dans la cour des Invalides, à Paris, le 7 mars 2013.
La dépouille de Stéphane Hessel saluée par François Hollande dans la cour des Invalides, à Paris, le 7 mars 2013. (MAXPPP)