Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Envoyé spécial. Orthographe : le prix des fautes

Participes passés, mots invariables, accord de l’adjectif en genre et en nombre… et si nous avions tous besoin d’une remise à niveau ? Etre fâché avec l'orthographe a-t-il un coût pour les employeurs et les salariés ?

Voir la vidéo
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Participes passés massacrés, accords boudés, phrases alambiquées…Trop de Français sont fâchés avec l’orthographe. Si on utilise de moins en moins la feuille et le stylo, on écrit toujours autant. Voire plus. Des écrits plus courts mais plus nombreux. Ainsi, les courriers électroniques sont devenus le principal outil d’échange avec autrui. Alors, gare aux fautes !

Fait-on trop confiance au correcteur automatique des logiciels de traitement de texte ? A trop se reposer sur ces outils, 78% des Français admettent faire des fautes d’orthographe. Comble de l’ironie, ils se disent choqués quand ils reçoivent un courrier administratif comportant une erreur ou qu’ils détectent des fautes sur un site. 

Un "bad buzz" qui ferait perdre des contrats

Parmi les e-mails envoyés par des entreprises à leurs clients, 90% contiennent au moins une faute d'orthographe, selon une étude réalisée par TextMaster. Ce chiffre atteint même 95% lorsque l'e-mail est rédigé dans une langue étrangère. Au-delà de l’impact négatif sur l’image de l’entreprise, ces erreurs peuvent-elle occasionner un manque à gagner ? Pour les sociétés du web, les fautes pourraient engendrer un "bad buzz", et avoir pour conséquence la perte de contrats commerciaux. Pour remédier à ce problème, de plus en plus d’universités proposent une remise à niveau. Des cours de rattrapage pour faire la paix avec les mots.

"Envoyé spécial" s'est penché sur le coût de ces fautes. Quels sont les enjeux pour les employeurs et leurs salariés ? Peut-on réapprendre l’orthographe une fois adulte, et à quel prix ?

Une enquête d'Elise Le Bivic, David Geoffrion, Richard Montrobert, Thomas Lelong, Antonin Marcel et Gérard Lemoine.