Près de 800 000 élèves ont démarré, jeudi 28 juin au matin, les écrits du brevet des collèges par l'épreuve de français, pour décrocher leur premier grand diplôme. Le brevet prend aussi en compte le contrôle continu et sera rénové en 2013.

Dans l'après-midi, les candidats ont enchaîné avec l'épreuve de mathématiques, puis ils termineront vendredi matin par l'histoire-géographie-éducation civique. Les résultats seront connus le 11 juillet en fin d'après-midi ou le 12 juillet au matin, par affichage dans les centres d'examen. Contrairement au baccalauréat qui constitue, selon les série,s un tremplin pour la vie active ou un passeport pour des études supérieures, le brevet est surtout perçu comme un symbole, voire un entraînement avant de futurs examens.

Des épreuves bientôt modifiées

L'année prochaine, certaines épreuves seront modifiées pour prendre en compte l'évolution des programmes du collège qui a débuté en 2008. En juin 2013, en français, les candidats pourront choisir entre un sujet d'imagination et un autre de réflexion, alors qu'auparavant un sujet unique était imposé. La dictée sera rallongée, et un questionnaire laissera la place aux réactions personnelles de l'élève face au texte proposé.

En maths, les exercices seront plus nombreux et ils seront indépendants les uns des autres : pas besoin de réussir le premier pour faire le deuxième. Enfin, en histoire-géographie-éducation civique, l'élève devra plancher sur les trois disciplines, au lieu d'une matière au choix entre l'histoire et la géographie.

Les filles réussissent mieux

En 2011, le taux de réussite s'est établi pour la cinquième année consécutive au-dessus de 80%, à 83,4% toutes séries confondues (collège, technologique et professionnelle). Et 28,8% des élèves en classe de troisième ont obtenu une mention "bien" ou "très bien". Ces mentions peuvent permettre de décrocher des bourses sous certaines conditions.

Les filles s'en sortent mieux que les garçons, avec un taux de réussite supérieur de 5,6 points. De plus, un tiers d'entre elles obtiennent des mentions "bien" et "très bien". L'origine sociale pèse fortement sur les résultats: le taux de réussite varie ainsi de 69% à 95% selon que les parents des candidats sont sans activité ou bien cadres (78,2% pour les enfants d'ouvriers).

Capture d'écran - Des élèves de 3e planchent sur l'épreuve de français du brevet des collèges.
Capture d'écran - Des élèves de 3e planchent sur l'épreuve de français du brevet des collèges. ( FRANCE 2)