Des enfants déjeunent dans la cantine scolaire de l'école maternelle Charles Perrault, le 4 septembre 2009 à Saint-Michel, près d'Angoulême, (Charente).
Des enfants déjeunent dans la cantine scolaire de l'école maternelle Charles Perrault, le 4 septembre 2009 à Saint-Michel, près d'Angoulême, (Charente). (ROMAIN PERROCHEAU / AFP)

Sa décision fait polémique, au-delà de sa petite commune de Gironde. Le maire d'Arveyres a décidé de supprimer de la cantine de son école le repas de substitution prévu pour les élèves ne mangeant pas de porc. Le premier édile, Benoit Gheysens, a annoncé la mesure aux parents fin janvier et l'a appliquée au 1er mars, précise Sud Ouest. Sur les 180 élèves y déjeunant régulièrement, 28 enfants de confession juive ou musulmane sont concernés. 

L'élu sans étiquette a invoqué des problèmes de "surcoût, de gaspillage conséquent et de complexité d'organisation""Souvent les enfants qui n'avaient pas le plat de substitution le réclamaient aussi, délaissaient le porc. Cela faisait mal au cœur de beaucoup de personnel de voir les quantités gaspillées", a justifié le maire.

Le maire se défend de toute "discrimination"

"On ne demande pas de la viande halal, on demande un menu de substitution comme avant", déclare Leila el Basri. Cette mère d'élèves de primaire dit ne pas comprendre les raisons avancées par la mairie, et explique ressentir cela "comme de la discrimination"Le maire, de son côté, se défend de toute "discrimination", mais précise avoir décliné une offre de certains parents de payer un surcoût ou de faire déjeuner leurs enfants à part. 

Benoit Gheysens ajoute qu'Arveyres n'est pas la seule commune confrontée à ce type de dilemme. Il souligne aussi que la cantine s'engage à assurer "une charge en protéines normale, en renforçant les entrées, les légumes, les féculents ou les desserts", pour les enfants ne mangeant pas de porc, une viande servie selon lui en moyenne une fois par semaine.