POLITIQUE – Opposé au traité budgétaire européen, Jean-Luc Mélenchon a appelé à une manifestation nationale pour exiger l’organisation d’un référendum sur la question, en clôture des Estivales citoyennes du Front de gauche à Saint-Martin-d’Hères (Isère), lundi 27 août.

"Montrer la force qui dit non"

Le gouvernement, lui, a prévu de faire ratifier le texte par le Parlement, en octobre. Le traité doit notamment instituer la règle d'or d'équilibre budgétaire. Mais l'eurodéputé dénonce "une camisole de force qui sera assignée à la France si nous signons ce pacte" et souhaite "une sorte de comité national pour le référendum".

Son objectif ? "Montrer la force qui dit non", comme un écho au référendum de 2005, qui s'était soldé par un rejet du traité constitutionnel européen. Il n'a pas précisé de date pour la manifestation, mais l'appel a aussitôt été relayé sur son compte Twitter.

Les opposants au traité tentent de se mobiliser

Jean-Luc Mélenchon s'est adressé successivement au chef de file des sénateurs Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Jean-Vincent Placé, et à la sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann, autres opposants au traité qui, selon lui, "représentent le peuple". Sans oublier Eva Joly, ancienne candidate à la présidentielle d'EELV : "Viens, marche en tête de la manifestation et s'il y a un problème, je veux bien être à la queue."

Egalement présent lors du discours, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a estimé que le traité "est à la ligne près celui signé par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel".

A l'instar de Jean-Luc Mélenchon, près de trois Français sur quatre (72%) souhaitent que la question du traité européen soit tranchée par référendum, à en croire un sondage CSA pour L'Humanité publié lundi.