POLITIQUE - Notation, redoublement, devoirs... Dans un discours à l'université de la Sorbonne mardi 9 octobre, François Hollande a présenté les grands axes de sa politique éducative, en reprenant à son compte plusieurs préconisations du rapport de la concertation sur la refondation de l'école. 

Ce rapport est le prélude à une loi pour l'automne, avec la volonté de réduire les inégalités et l'échec scolaire. FTVi liste les principales propositions du président de la République, qu'il prévoit de mettre en œuvre pour la rentrée 2013.

La semaine de quatre jours et demi

L'an prochain, la semaine de quatre jours et demi fera son retour à l'école primaire. "La réforme des rythmes" scolaires "n'est pas la clé de tout", mais "c'est le levier de la réussite", a déclaré le président, déplorant des journées actuellement surchargées pour les élèves.

(FTVi)

La réforme des rythmes, notamment au primaire où se joue l'échec scolaire, est l'un des sujets les plus sensibles dans le domaine de l'éducation. Le rapport prône le retour à une semaine de quatre jours et demi, incluant le mercredi matin, mais laisse la porte ouverte au samedi matin choisi localement.

L'école pour les tout-petits dans les zones en difficulté

Dans les zones en difficulté, les enfants de moins de 3 ans seront scolarisés "dès la rentrée 2013". "C'est dans ce très jeune âge que se nouent souvent des inégalités qui marquent avec une fatalité terrible" ceux qui n'auront pas acquis des savoirs essentiels, a expliqué François Hollande.

L'école maternelle – "une création française qui a fait ses preuves", a-t-il souligné – peut "atténuer" ces inégalités, selon le chef de l'Etat. "La scolarisation des enfants de moins de 3 ans doit être centrée sur les apprentissages premiers et notamment le langage oral." 

Moins de redoublements

Le président de la République a repris la proposition du rapport sur la refondation de l'école. Il a estimé que le nombre de redoublements – "qui ne sont pas toujours utiles" – devrait être "réduit".

Les devoirs faits dans l'établissement

Les devoirs "doivent être faits dans les établissements plutôt qu'à la maison", a également proposé François Hollande. Et ce afin "d'accompagner les enfants et rétablir l'égalité".

Si l'on en croit un sondage, les parents sont majoritairement défavorables à la suppression des devoirs à la maison en primaire. C'est pourtant une revendication de la FCPE, principale fédération de parents d'élèves.

Fin de la notation sanction

Le président s'est également prononcé sur le système de notation, qui devra "indiquer un niveau plutôt que de sanctionner". Il n'a cependant pas développé ce qu'il entendait modifier dans le système actuel pour changer la donne.

Le rapport sur l'école évoque la nécessité de "rénover notre système d'évaluation", qui produit trop souvent de la "démotivation et de la mésestime de soi".

Un référent dans les établissements à fort absentéisme

François Hollande a annoncé la mise en place d'un référent dans les collèges et les lycées professionnels à fort taux d'absentéisme. Il a en outre préconisé d'"utiliser toute la gamme des instruments, de l'alerte jusqu'au traitement personnalisé, à travers l'encadrement dans l'établissement et parfois hors de l'établissement" afin de "remettre un [élève] décrocheur dans un parcours scolaire".