Seine-Saint-Denis : des locataires menacés d'expulsion s'ils aident les SDF

A Saint-Ouen, un bailleur a mis en garde les résidents d'un ensemble HLM, rapporte "Le Parisien" et France Info, vendredi.

Capture d'écran de Google Street View montrant le 41 rue Dhalenne, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) où le bailleur social Saint-Ouen Habitat a menacé d'expulser les locataires qui viennent en aide au SDF.
Capture d'écran de Google Street View montrant le 41 rue Dhalenne, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) où le bailleur social Saint-Ouen Habitat a menacé d'expulser les locataires qui viennent en aide au SDF. (GOOGLE STREETVIEW)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Appel à votre vigilance". Le bailleur social Saint-Ouen Habitat, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) a placardé des affichettes pour rappeler aux locataires que venir en aide aux personnes sans domicile peut leur coûter cher, rapportent France info et Le Parisien, vendredi 19 décembre.

"Vous vous exposez à une procédure d'expulsion (...) si vous ouvrez les portes d'entrée sécurisées par digicode des halls d'immeuble pour permettre l'accès aux locaux communs à des sans-abri, si vous fournissez à des sans-abri tout élément de 'logistique' ou si vous les nourrissez", est-il écrit sur les messages datés du 15 décembre.

L'initiative a indigné le président de l’association Droit au logement (DAL), Jean-Baptiste Eyraud. "On ferait le même texte pour les pigeons. Un bailleur social se permet de traiter en quelque sorte des êtres humains comme des animaux et en plus, il menace les locataires de représailles si jamais ils font acte de solidarité", a-t-il déclaré à France Info.

Vendredi, le directeur général de Saint-Ouen Habitat  a "présent[é] ses plus sincères excuses" et explique que "la communication a échappé à son contrôle et ne reflète absolument pas la position des instances dirigeantes". Et de préciser : "Il est évidemment hors de question de stigmatiser les plus démunis, mais bien de lutter en priorité contre les trafiquants de drogue."