Nicolas Sarkozy toujours "défavorable" au mariage gay

Selon "Libération", le chef de l'Etat envisage de proposer l'ouverture du mariage aux couples homosexuels pour la présidentielle. Ce que dément Valérie Pécresse, porte-parole du gouvernement.

Nicolas Sarkozy lors d'une conférence de presse à Berlin, le 9 janvier 2012.
Nicolas Sarkozy lors d'une conférence de presse à Berlin, le 9 janvier 2012. (JOHANNES EISELE /AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le mariage entre homosexuels figurera-t-il dans le programme de l'UMP pour l'élection présidentielle ? Rien n'est encore tranché, mais selon Libération (article payant) le chef de l'Etat pourrait inscrire l'ouverture du mariage à tous dans son futur programme de candidat. "Sa décision est prise" , ont affirmé plusieurs députés.

La porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse, a déclaré que le président n'avais "pas changé d'avis sur le mariage homosexuel" auquel il reste "défavorable". Mais, si "nul ne peut se prétendre son porte-parole" sur ce point, a-t-elle ajouté, la possibilité d'une union entre deux personnes de même sexe agite l'UMP. 

 40 % des électeurs de droite en faveur de la mesure

L'opinion publique est largement favorable au mariage gay et "environ 40 % des électeurs de droite soutiennent la mesure", estime Gaël Sliman, de l’institut BVA, cité par Libération.

Jeudi, une dizaine d'élus de la majorité a par ailleurs lancé un recueil de propostitions en ligne, Chapitre2012.fr, parmis lesquelles figurent justement le "pacte civil", prôné ici par la député de Seine-Maritime et secrétaire nationale de l'UMP chargée de l'Enseignement supérieur, Françoise Guégot. A droite, rappelle le quotidien, le député de Seine-et-Marne Franck Riester, la ministre Roselyne Bachelot et les secrétaires d'Etat Nadine Morano, Janette Bougrab et Chantal Jouanno se sont déjà prononcés en faveur du mariage homosexuel.

Dans une tribune dans L'Express parue fin novembre, six secrétaires nationaux de l'UMP ont appelé à l'ouverture du mariage aux couples homosexuels et souhaité que la mesure figure dans le programme de Nicolas Sarkozy. 

Une proposition qui divise la droite

"Il y a effectivement un certain nombre de députés UMP qui font beaucoup de forcing",a déploré vendredi sur Europe 1 la présidente du Parti chrétien-démocrate et candidate à l'élection présidentielle, Christine Boutin. "Tout le monde connaît ma position. Je ne suis pas favorable au mariage gay ni à l’adoption, et je tiendrai bon jusqu’au bout", a-t-elle insisté.

En 2006, Nicolas Sarkozy s'était déjà prononcé en faveur d’un "contrat d’union civique". Mais il avait dû renoncer à son projet face aux protestations issues de son propre camp. En juin dernier à l'Assemblée, les députés avaient rejeté l'ouverture du mariage aux couples du même sexe, proposée par le Parti socialiste.

"Ce genre de mesure peut braquer complètement une partie de notre électorat", tempère un conseiller élyséen. A commencer par les élus de la Droite populaire, la frange la plus à droite de l'UMP. Pour le député UMP des Yvelines Jacques Myard, la une de Libération "prêche le faux afin de semer la zizanie". Interrogé par BFM TV, il affirme que "cela ne correspond en rien aux volontés du chef de l'Etat même si personne ne montrera du doigt un homosexuel quel qu'il soit".

La gauche dénonce une mesure électoraliste 

A gauche, le Parti socialiste, favorable au mariage gay, dénonce une position prise en vue de la présidentielle. "[Nicolas Sarkozy] n’arrête pas d’agiter des sujets purement électoralistes sur des sujets sérieux", a déploré le maire de Paris, Bertrand Delanoë sur i-Télé.

"Les élections approchent, Nicolas Sarkozy essaie de [...] se donner une autre image pour séduire les homosexuels, comme il l'avait réussi en partie lors de la dernière élection", a analysé sur Europe 1 Jean-Luc Romero, conseiller régional affilié PS d'Ile-de-France, ancien de l'UMP. Il rappelle par ailleurs que les promesse de 2007 "en direction des homosexuels" n'ont pas été tenues. 


Sarkozy essaie de "séduire" les homosexuels par Europe1.fr

"C'est à la fois un coup médiatique et un ballon d'essai", a-t-il réagi sur la radio, avant d'ajouter : "Aujourd'hui, il faut être honnête : un gay qui vote conservateur, c'est comme une dinde qui vote pour Noël."

"Humaniser" l'image de Nicolas Sarkozy

Pour Libération, inscrire le mariage gay dans le programme du candidat Sarkozy pourrait contribuer à "humaniser son image" et compenser le virage droitier opéré par son ministre de l'Interieur Claude Guéant sur les questions d'immigration et de sécurité.

Selon David Valence, professeur d'histoire à Science Po, responsable vosgien du Parti Radical et homosexuel, s'"il n'y a pas de spécificité du vote gay", la proposition "redorera son image" à défaut de lui faire gagner des voix, analyse-t-il pourLibération. 

Le mariage gay est aujourd'hui légalisé dans sept pays européens, dont la Belgique et l'Espagne. Onze pays de l'Union européenne autorisent une forme d'union civile ouverte aux couples homosexuels comme le Pacte civil de solidarité (Pacs) en France, voté en 1999.