Trois mois après les violences à Moirans, 15 personnes ont été interpellées autour d'un camp de gens du voyage

Cette opération, qui a mobilisé 300 gendarmes, a débuté lundi à 6 heures.

Des voitures incendiées près de la gare de Moirans (Isère), le 21 octobre 2015.
Des voitures incendiées près de la gare de Moirans (Isère), le 21 octobre 2015. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Mis à jour le , publié le

Quinze personnes ont été interpellées à Moirans (Isère), lundi 18 janvier, au cours d'une vaste opération de gendarmerie. Près de trois mois après de violents incidents, cette opération mobilisant 300 gendarmes a débuté vers 6 heures autour du camp de gens du voyage situé près de la gare de Moirans.

Vingt suspects recherchés

Le 21 octobre, une centaine de personnes, qui réclamaient une permission de sortie pour un détenu, membre de la communauté des gens du voyage, avaient brûlé 35 véhicules. Quelque 125 trains avaient été retardés et un restaurant avait été endommagé. Au total, 20 suspects sont recherchés par les forces de l'ordre. Une partie des personnes interpellées ne fait pas partie de la communauté des gens du voyage.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a salué ces interpellations. Sur Twitter, il s'est félicité de la "fermeté républicaine" mise en œuvre à Moirans. "La justice, l'Etat sont au rendez-vous", a-t-il assuré.

Deux semaines après les incidents, le Premier ministre s'était rendu sur place. "Ce qui s'est passé à Moirans, c'est une émeute, un déchaînement et de violences avec un but, faire plier une décision du justice. (...) Saccager, détruire, prendre en fait en otage une ville, une population, semer la terreur et le chaos, tous ces faits sont d'une extrême gravité et ils ne peuvent pas rester impunis, faut-il le rappeler", avait déclaré Manuel Valls.