Rhinocéros abattu à Thoiry : les zoos en alerte

Après la mort de Vince, un rhinocéros du zoo de Thoiry (Yvelines), lundi 6 mars, l'ensemble des zoos français cherchent à renforcer leur sécurité pour protéger cette espèce menacée.

Voir la vidéo
Franceinfo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

On croyait cela possible uniquement dans la brousse africaine, et pourtant il y a quelques jours, Vince, un rhinocéros blanc, a été abattu dans son enclos du parc zoologique de Thoiry dans les Yvelines. Le mobile du crime : la corne de l'animal estimée à 40 000 euros sur le marché asiatique. "En 2011, on a eu une alerte Interpol comme quoi les cornes de rhino avaient été arrachées dans des musées et dans des expositions et qu'ils pourraient s'attaquer à des zoos", explique Michel Louis, directeur et fondateur du zoo d'Amnéville (Moselle).

Une intensification des mesures de sécurité

Depuis quelques années, on savait donc une attaque possible. Les zoos ont d'ailleurs renforcé leur sécurité comme ici à Beauval (Loir-et-Cher), où il y a deux ans 17 singes avaient été dérobés par des intrus. "Plus d'alarmes, plus de vidéos, plus de gardiens et plus de rondes. Une intensification des mesures de sécurité à tous les niveaux dans notre établissement", explique Rodolphe Delord, directeur du ZooParc de Beauval. Des moyens importants pour sauvegarder l'une des espèces animales les plus menacées. Chaque jour dans le monde, trois rhinocéros blancs sont abattus par des braconniers.

Les cornes de rhinocéros sont vendues entre 40 000 et 50 000 euros le kilo sur le marché noir.
Les cornes de rhinocéros sont vendues entre 40 000 et 50 000 euros le kilo sur le marché noir. (AlainGuerrier / Horizon Features / Leemage)