Renaud Muselier, vice-président de la communauté urbaine de Marseille (Bouches-du-Rhône), à l'Institut du monde arabe, à Paris, le 20 février 2012.
Renaud Muselier, vice-président de la communauté urbaine de Marseille (Bouches-du-Rhône), à l'Institut du monde arabe, à Paris, le 20 février 2012. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Renaud Muselier "récupère sa liberté". Après avoir démissionné de la présidence du groupe Upac (UMP et élus de droite) de la communauté urbaine de Marseille (Bouches-du-Rhône), il a confirmé l'information du Figaro, jeudi 5 juillet, qui indiquait qu'il ne briguerait pas la mairie de Marseille en 2014. "Je passe à autre chose et cette décision n'est pas prise sous le coup de la déception ou de la fatigue", a déclaré l'ancien député UMP, battu aux législatives.

"Cela fait trente ans que je suis engagé en politique, j'ai été élu quatre fois député, nous avons eu trois victoires à la mairie de Marseille avec Jean-Claude Gaudin, j'ai été deux fois ministre", rappelle Renaud Muselier au Figaro. Il dit avoir pris acte du vote des électeurs et souhaite à présent retourner à son premier métier, médecin. "J'ai une clinique de tout premier plan (...) Je vais m'y relancer et soigner les Marseillais." En parallèle, il reste vice-président de la communauté urbaine jusqu'à la fin de son mandat. 

Joint par FTVi, l'entourage de Renaud Muselier avait démenti dans l'après-midi l'information du Figaro, avant que l'intéressé ne s'exprime en personne. "Nous sommes en 2012, 2014 n'est pas d'actualité", nous avait-on expliqué.