Quand les salariés deviennent patrons de leur entreprise

Les coopératives ouvrières ont tout juste 70 ans. Depuis quelques années, elles connaissent un vrai développement. Les explications de France 3.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Utopistes il y a encore plusieurs années, les sociétés coopératives fleurissent désormais en France. Les apparences sont parfois trompeuses. Derrière leurs machines, Kevin, Anthony et Fred sont des ouvriers, mais des ouvriers patrons. Avec 25 de leurs collègues, ils ont racheté leur entreprise de mobilier industriel pour en faire une société coopérative (Scop). De quoi renforcer leur motivation. "On se sent un peu plus investi que si on était un simple salarié", confie l'un d'entre eux à France 3.

"La transmission idéale"

L'idée de la création d'une Scop vient de l'ancien propriétaire. S'il a vendu sa société en décembre, il ne se passe pas une semaine sans qu'il ne se rende dans son ancien bureau avec ses souvenirs. Vendre à ses salariés, pour lui, c'était une manière de quitter sans regret la société qu'il a créée il y a 20 ans. "Pour moi c'est la transmission idéale. Ce n’était pas du tout prévu il y a un an et demi, mais quand j'en ai parlé aux gens et que j'ai senti qu'ils adhéraient à l'idée, je ne pouvais pas rêver de meilleure sortie", explique Dominique Bouillon, fondateur de la société ASCA. Avec son choix, il a voulu aussi sécuriser l'avenir d'une entreprise qui fait des profits et la Scop était le meilleur rempart face aux convoitises de la concurrence. En France, six Scop sur dix existent encore après leur création, plus que la moyenne des entreprises traditionnelles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un ouvrier dans une usine de fabrication de boîtes de vitesse, à Strasbourg, en octobre 2014. 
Un ouvrier dans une usine de fabrication de boîtes de vitesse, à Strasbourg, en octobre 2014.  (FREDERICK FLORIN / AFP)