Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls (g) rend visite aux sinistrés mardi 22 mai 2012, après la pluie diluvienne tombée à Saint Max (Meurthe-et-Moselle).
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls (g) rend visite aux sinistrés mardi 22 mai 2012, après la pluie diluvienne tombée à Saint Max (Meurthe-et-Moselle). (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

En visite à Nancy après les inondations, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a déclaré mardi 22 mai que "l’état de catastrophe naturelle [allait] être décrété". Des torrents d'eau et de boue ont envahi, dans la nuit de lundi à mardi, les rues de Nancy et de son agglomération. De violents orages, accompagnés de fortes précipitations, ont arrosé la préfecture de Meurthe-et-Moselle ainsi que le département du Bas-Rhin, provoquant des inondations. 

• L'état de catastrophe naturelle bientôt reconnu

Promise par le ministre de l'Intérieur, cette reconnaissance permettra de simplifier les démarches d'indemnisation pour les assurés, ces derniers n'ayant alors plus à prouver la cause des dommages aux assureurs. "Pour cela, il faut une réunion interministérielle, il faut que ça aille vite", a affirmé Manuel Valls, ajoutant : "Je suis là pour assurer les habitants des villes qui ont été touchées gravement de la solidarité de l’Etat."

 

( France 2)

• Plusieurs victimes à Nancy

Une personne âgée a été retrouvée morte à son domicile mardi matin à Essey-lès-Nancy après les violents orages qui se sont abattus dans la nuit sur l'agglomération nancéienne, rapporte la préfecture de Meurthe-et-Moselle. "Elle est morte noyée", selon nos confrères de France 3 Lorraine.

Selon la chaîne, une personne handicapée est aussi portée disparue et une femme a été grièvement brûlée après être descendue dans son garage empli d'essence, une bougie à la main.

• Un pompier grièvement blessé

Dans la matinée de mardi, un camion de pompiers et un bus urbain sont entrés en collision, blessant grièvement un pompier et légèrement deux passagers du bus. Le soldat du feu, qui est tombé dans le coma, a été admis au centre hospitalier de Nancy."Il est désormais conscient", a annoncé la préfecture, en précisant que ses jours n'étaient pas en danger.

• L'agglomération de Nancy très touchée

Les dégâts sont nombreux dans le Grand Nancy. "A Nancy, un sous-plafond est tombé sous le poids de l'eau, obligeant à reloger 15 personnes. D'autres groupes de personnes sont relogées au cas par cas", a indiqué la directrice de cabinet du préfet. Deux salles ont été ouvertes, tôt dans la matinée, pour accueillir les personnes qui ne se sentiraient pas en sécurité chez elles.

(Francetv info)

Dans l'agglomération, les pompiers ont réalisé plus de 1 000 interventions en lien avec ces intempéries, a indiqué la préfecture de Meurthe-et-Moselle mardi en fin de journée. Environ 700 étaient toujours privés d'électricité mardi après-midi, "essentiellement en centre-ville de Nancy", selon la préfecture.

Plusieurs établissements scolaires ont été fermés et les transports en commun fortement perturbés. Deux collèges et un lycée professionnel devaient rester fermés mercredi.