Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé mardi 26 juin 355 recrutements, dont 280 professeurs, pour de nouveaux postes dans le secondaire dès la rentrée, lors de sa première conférence de presse à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Il s'agit du recrutement de 75 conseillers principaux d'éducation, ainsi que de 280 professeurs supplémentaires, dont 70 d'anglais, 60 de lettres, 90 de mathématiques et 60 d'éducation physique et sportive (EPS).

(France 2)

"On pourrait juger que 280" postes de professeurs "ce n'est pas à la hauteur des besoins", mais ces recrutements interviennent alors que le précédent gouvernement, qui a élaboré le budget, avait prévu 14 000 suppressions de postes à la rentrée 2012, a-t-il souligné. "C'est ce qui est possible et raisonnable de faire pour le moment", a ajouté le ministre. Quelque 60 000 postes doivent être créés durant le quinquennat. Le 20 juin, Vincent Peillon avait déjà annoncé la répartition de 1 000 postes d'enseignants dans le primaire à la rentrée.

Jusqu'à 6 000 postes créés à la rentrée 2012 ?

Mardi, Le Monde a évoqué, avant l'annonce du ministre, le déblocage de 6 000 postes. Interrogé sur ce point, Vincent Peillon a rétorqué : "On est dans un ordre de grandeur qui n'est pas absurde, mais ce n'est pas arbitré." "Si nous pouvons faire 6 000, nous essayerons de le faire", a-t-il ajouté. Ni le quotidien, ni le ministre n'ont précisé la répartition de ces 6 000 recrutements.

Vincent Peillon a par ailleurs annoncé que les modalités de la concertation pour refonder l'école seraient annoncées le 4 juillet, en Conseil des ministres, en vue de la présentation d'un projet de loi à l'automne. "Il y aura un très grand débat pour que les Français choisissent l'école moderne de la République. Cela devrait commencer début juillet", a-t-il précisé, évoquant "plusieurs centaines de participants", comme des parents d'élèves, des entreprises, des associations.