Nouveaux horaires, nouvelles galères à la SNCF

Les heures des trains changent le 11 décembre. Pour certains usagers, cela signifie des trajets plus compliqués. Des mécontents ont lancé la contre-offensive alors que des conducteurs ont déposé des préavis de grève.

Des agents SNCF informent des voyageurs sur les nouveaux horaires en vigueur à compter du 11 décembre, à la gare de Compiègne (Oise), le 14 octobre 2011.
Des agents SNCF informent des voyageurs sur les nouveaux horaires en vigueur à compter du 11 décembre, à la gare de Compiègne (Oise), le 14 octobre 2011. (MEDHI PFEIFFER / LE PARISIEN / MAXPPP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le 11 décembre, les horaires d'une grande partie de vos trains vont changer. Pour atténuer les désagréments de ce "big bang", la SNCF a pris les devants. La Société de chemins de fer diffuse des spots à la radio et a mis en place un site internet avec les nouveaux heures de départ des trains, ainsi qu'une cellule de veille. Pourtant, cela ne suffit pas : des usagers s'indignent du manque de concertation et des conséquences de ces modifications sur leur vie personnelle et professionnelle.

Pour se faire entendre, une quinzaine de collectifs se sont regroupés au sein de la Coordination nationale des usagers du train du 11 décembre (Cnut). Ils ont rencontré, vendredi 2 décembre, Nicole Notat, la médiatrice de la SNCF nommée il y a quelques semaines pour régler les litiges. Mais pour eux, la réunion, qui a débuté à 11h30, a tourné court. "Nicole Notat propose aux usagers de remplir un dossier pour faire part de leur mécontentement. Cela reviendrait à créer un bureau des pleurs sans lendemain, alors que nous sommes dans l'urgence", a précisé à FTVi Willy Colin, porte-parole de l'Association des voyageurs usagers des chemins de fer (Avuc), qui a claqué la porte de la réunion. 

• Les raisons de ce bouleversement 

"D'abord, des travaux gigantesques, (...) pour moderniser un système vieillissant (...), explique la SNCF. Mais aussi l'arrivée de lignes nouvelles à l'Est, et demain en Aquitaine et en Bretagne. Et enfin, l'introduction progressive du cadencement horaire [des trains partant aux mêmes minutes de chaque heure, à 8h02, 8h32, 9h02, 9h32...] permettant à l'avenir de faire circuler plus de trains." La SNCF table sur 201 trains supplémentaires par jour en 2012 : 150 TER, 39 Transiliens en Ile-de-France et 12 TGV.

• Ce que certains usagers reprochent à la SNCF

Plus d'attente dans certains cas. La plupart des horaires ne devraient varier que de cinq minutes mais cela peut suffire à chambouler l'organisation d'une journée. Willy Colin, le porte-parole de l'Avuc, évoque le cas de lycéens au Mans (Sarthe) sur Europe1.fr : "La fin des cours intervient vers 17h50. Dans le passé, les élèves avaient un train à 18h05, ce qui leur laissait le temps de se rendre à la gare. Avec les nouveaux horaires, le train part à 17h55 et le prochain part seulement 50 minutes après." 

"Le matin, je vais devoir me lever plus tôt. L'après-midi, il va falloir que j'attende dans le froid", se plaint une lycéenne à France 3 Eure-et-Loire. A Thiviers, en Dordogne, le proviseur du lycée a pris la décision de modifier les heures des cours, rapporte France 3 Aquitaine"On doit adapter les horaires des cours aux horaires des trains", explique-t-il, résigné.

Un temps de trajet plus long. Le changement d'horaires va également perturber les correspondances. Il faudra parfois prendre le train suivant si le premier train arrive plus tard qu'auparavant. Conséquence : cela va allonger le temps de trajet, comme l'expliquent ces salariés d'une PME picarde à des journalistes de France 2.

Voir la vidéo
France 2

Des bouleversements au travail. Concilier horaires de train et de travail s'avère parfois difficile. Pour certains salariés, avec le changement d'horaires décidé par la SNCF, cela pourrait devenir un casse-tête. "Il n'y a plus du tout de trains qui correspondent à mes horaires de boulot. Soit je change mes horaires, soit je risque d'arrêter de travailler là où je suis", confie une jeune femme à BFM TV

De son côté, Europe 1 cite le cas de Marjorie, qui souhaiterait finir le travail un peu plus tôt, quitte à arriver en avance le matin. Cela lui éviterait d'attendre sa correspondance pendant une heure. "Notre patron, actuellement, il n’est pas très très conciliant donc ça risque d’être difficile", déplore-t-elle. 

"Les vies de famille, notamment des mamans, vont devenir très compliquées, juge William Maufroy, le rédacteur d'une pétition contre les nouveaux horaires entre Dunkerque et Lille (Nord), dans La Voix du Nord. Les amplitudes de travail vont être rallongées. Aujourd'hui, on peut prendre un train à 8h32 et rentrer par le train de 18h01. Avec ces nouveaux horaires, ce sera du 7h49 pour repartir à 18h35 !"

Pour faire remonter toutes ces plaintes à la direction de la SNCF, le collectif Avuc appelle les usagers à ne pas présenter leur titre de transport lors des contrôles le 12 décembre, au lendemain de la mise en place des nouveaux horaires. 


• Des conducteurs également mécontents

"Ce sont les conducteurs qui supportent la plus grosse charge du 'cadencement' prévu à partir du 11 décembre (...) sans aucune reconnaissance de la part de l'entreprise, explique Fabien Tosolini, de la CFDT-FGAAC. Depuis plusieurs mois, nous avons alerté l'ensemble des dirigeants de la SNCF sur le sentiment de malaise que vivent les agents de conduite, sans être écoutés. Et là, nous sommes arrivés à un point de rupture."

Pour se faire entendre, ce syndicat des conducteurs a déposé vendredi un préavis de grève pour quatre week-ends consécutifs à partir du vendredi 9 décembre, du vendredi 12 heures au lundi 8 heures. Ce préavis, qui ne concerne que les agents de conduite, couvre les périodes de Noël et Nouvel an, qui tombent cette année les samedis et dimanches.