Six migrants condamnés à un mois de prison pour être montés clandestinement dans un ferry à Calais

Les faits datent du 23 janvier.

Des migrants s'introduisent sur le port de Calais (Pas-de-Calais) le 23 janvier 2016.
Des migrants s'introduisent sur le port de Calais (Pas-de-Calais) le 23 janvier 2016. (TARANIS NEWS / AFP)

Mis à jour le , publié le

Six migrants ont été condamnés à un mois de prison ferme, lundi 22 février, à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), pour être montés clandestinement à bord d'un ferry fin janvier à Calais. Deux Français, sympathisants des migrants et eux aussi embarqués clandestinement, ont écopé d'une amende de 300 euros avec sursis pour l'un et 150 euros ferme pour l'autre.

Le 23 janvier, lors d'une manifestation regroupant des migrants, des militants et des sympathisants venus de plusieurs pays européens, entre 200 et 300 personnes s'étaient introduits dans le port de Calais. Quelque 150 avaient pénétré dans l'enceinte du port. Et une cinquantaine de personnes avaient pu monter à bord. Une première.

Condamnations à la veille de l'évacuation de la "jungle"

Les six migrants, quatre Afghans, un Syrien et un Soudanais, âgés d'une trentaine d'années, ont expliqué à la barre avoir suivi le mouvement, étant certains que le bateau ne partirait pas. Les deux Français, qui ont refusé d'être qualifiés de "No Borders", association altermondialiste, se sont eux présentés comme des sympathisants de la cause des migrants. L'un vit dans la "jungle", l'autre s'occupe d'améliorer le quotidien des clandestins au camp de Grande-Synthe (Nord), près de Dunkerque.

La décision a été rendue dans une salle bondée, où étaient présents de nombreux sympathisants des migrants ainsi qu'une dizaine de policiers armés de pistolets et munis de gilets pare-balles. Ces condamnations surviennent à la veille de la date limite fixée par la préfecture pour l'évacuation de la zone sud du bidonville où vivent encore environ 3 500 migrants.