Migrants à Calais : Rob Lawrie témoigne

France 2 a rencontré l'ancien soldat britannique condamné hier à une amende avec sursis pour avoir tenté de sortir une petite fille afghane de la "jungle" de Calais.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Le tribunal de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) s'est montré clément avec Rob Lawrie. Le bénévole britannique avait accepté de sortir illégalement une fillette de la "jungle" après plusieurs demandes de son père. Il n'a finalement été condamné qu'à 1 000 euros d'amende avec sursis. Rentré à Londres la nuit dernière, l'ancien soldat ne pensait pas se sortir de cette affaire aussi facilement. "Avant l'audience, j'étais extrêmement nerveux, car ce que j'ai fait est illégal. Je m'attendais vraiment à aller en prison. Je suis extrêmement reconnaissant envers les juges", a-t-il déclaré au micro de France 2.  

Un homme ruiné 

L'histoire de cette petite fille avait fait écho avec sa propre vie. C'est pour cela que le bénévole avait décidé de prendre ce risque. "J'ai eu une enfance dans un foyer d'accueil, je n'avais pas de famille et je me rappelle avoir souhaité si fort que quelqu'un vienne me sauver", explique Rob Lawrie. Ce père de famille au grand coeur s'était engagé après avoir vu la photo du petit Aylan Kurdi. Il a payé cher cet engagement. "Je dis aux gens : ne faites pas ce que j'ai fait. J'ai perdu ma famille, ma femme m'a quitté. Je ne lui en veux pas, car j'ai fait tout ça sans lui en parler. J'ai dépensé plus de 30 000 euros. C'est stupide, car je suis quasiment ruiné aujourd'hui", ajoute-t-il. Le Britannique s'en veut de n'avoir rien pu faire pour la petite Bahar et son père.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le bénévole britannique Rob Lawrie tient dans ses bras une jeune migrante afghane, Bahar Ahmadi, le 29 septembre 2015, dans la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais).
Le bénévole britannique Rob Lawrie tient dans ses bras une jeune migrante afghane, Bahar Ahmadi, le 29 septembre 2015, dans la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais). (ROB LAWRIE)