La "jungle" de Calais évacuée dès mardi

La "jungle" de Calais va fermer prochainement. Dès mardi 23 février, une partie du camp sera évacuée. Plusieurs centaines de migrants sont concernés.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Mis à jour le , publié le

Le milieu de semaine devrait être agité à Calais. Dès mardi 23 février, une partie de la "jungle" va être évacuée et ses occupants relogés dans un centre d'accueil provisoire. La préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, appelle à l'apaisement. "Nous ne pouvons accepter que Calais soit un lieu d'affrontement des extrémismes extérieurs à ce territoire. Il est temps d'avoir ici un camp digne, organisé, sécurisé et respectueux des personnes", a-t-elle déclaré au micro de France 3.

"C'est à côté que c'est indigne"

Xavier Bertand, le nouveau président de la région Nord-Pas-de-Calais Picardie, pense que les centres d'accueil provisoires sont la meilleure solution pour les migrants. "Qu'on ne nous raconte pas que les conditions de vie dans ces centres d'accueil provisoire seraient indignes. Au contraire, c'est à côté que c'est indigne, et c'est ici que c'est digne." Si les autorités parlent de 1 000 migrants à peine, les associations déclarent qu'il y aura plus de 3 000 personnes évacuées. Au-delà de la bataille des chiffres, ce sont surtout les vies de milliers de migrants qui vont être bouleversées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers dispersent une manifestation organisée par Pegida France, le 6 février 2016, à Calais (Pas-de-Calais).
Des policiers dispersent une manifestation organisée par Pegida France, le 6 février 2016, à Calais (Pas-de-Calais). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)