Le Britannique qui a sorti une fillette de la "jungle" de Calais est condamné à 1 000 euros d'amende avec sursis

Rob Lawrie a été arrêté en France, le 24 octobre, alors qu'il tentait de conduire une Afghane de 4 ans chez des proches, en Angleterre.

Le bénévole britannique Rob Lawrie tient dans ses bras une jeune migrante afghane, Bahar Ahmadi, le 29 septembre 2015, dans la \"jungle\" de Calais (Pas-de-Calais).
Le bénévole britannique Rob Lawrie tient dans ses bras une jeune migrante afghane, Bahar Ahmadi, le 29 septembre 2015, dans la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais). (ROB LAWRIE)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Il avait voulu sortir une fillette afghane de la "jungle" de Calais. Le bénévole britannique Rob Lawrie a été condamné, jeudi 14 janvier, à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), à 1 000 euros d'amende avec sursis pour "mise en danger de la vie d'autrui". Soutenu par plus de 150 000 internautes, l'homme de 49 ans était passible d'une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement.

Arrêté le 24 octobre. Rob Lawrie a été interpellé, il y a près de trois mois, à Calais, alors qu'il s'apprêtait à prendre le ferry pour conduire une petite migrante de 4 ans en Angleterre. Une décision prise sur "un coup de tête", à la demande du père de l'enfant, qui a de la famille outre-Manche.

La défense réclamait la relaxe. Disant "se préparer au pire et espérer le meilleur", le prévenu a prévu de plaider coupable. Son avocate a plaidé la relaxe, arguant que le geste du bénévole relevait d'une forme d'assistance à personne en danger, et soulignant qu'aucun échange d'argent n'avait eu lieu.

Des associations à la barre. Le procès, qui a commencé en début d'après-midi, a été notamment marqué par le témoignage de responsables associatifs en faveur de Rob Lawrie. Le Britannique a participé, dans la matinée, à une conférence de presse avec Médecins du monde et Terre d'errance.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#LAWRIE

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #LAWRIE

01h44 : La journée se termine et nous vous proposons de prendre un instant pour consulter certains de nos articles :

"Merci la France !" Compte-rendu de l'audience du Britannique jugé pour avoir aidé une fillette afghane à quitter Calais

• Pourquoi vous devriez vous intéresser de près aux réformes qui menacent d'Etat de droit dans le pays

• Nudité, contenus violents : les ratés de la modération de Facebook. L'enquête de "L'œil du 20 heures"

21h33 : "Je ne pouvais pas laisser une petite fille de 4 ans toute seule", a lancé Robert Lawrie après sa condamnation à une amende de 1 000 euros. Le Britannique était poursuivi pour le transport clandestin d'une fillette afghane de la "Jungle" de Calais vers l'Angleterre.

(France 3)

20h34 : En quelques minutes, il est passé de l'angoisse au soulagement. Le bénévole britannique Rob Lawrie, jugé pour avoir voulu sauver une fillette de la "jungle" de Calais, est ressorti libre du tribunal de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais). Voici mon compte-rendu de l'audience.

(BENOIT TESSIER / REUTERS)

21h30 : Il est 20 heures. Voici les titres de l'actualité :

Le parquet annonce que le kamikaze de Saint-Denis a été identifié comme étant Chakib Akrouh, un Belgo-Marocain de 25 ans.

• Le professeur qui encadrait les lycéens a été mis en garde à vue pour "homicides involontaires". Le procureur de la République de Grenoble a précisé que "c'est en toute connaissance de cause" que le groupe s'est engagé sur la piste fermée.

• Rob Lawrie, le Britannique poursuivi pour "aide à la circulation d'un étranger en France", a été condamné à une amende de 1 000 euros avec sursis pour "mise en danger de la vie d'autrui".

• Selon Ségolène Royal, il n'y a "pas de logiciel de fraude" sur les moteurs diesel concernant Renault. L'action du constructeur automobile a perdu jusqu'à 20% aujourd'hui après l'annonce de perquisitions.

18h06 : Que retenir de l'actualité en cette fin d'après-midi ?

• Le professeur qui encadrait les lycéens a été mis en garde à vue pour "homicides involontaires". Le procureur de la République de Grenoble a précise que "c'est en toute connaissance de cause" que le groupe s'est engagé sur la piste fermée.

• Rob Lawrie, le Britannique poursuivi pour "aide à la circulation d'un étranger en France", a été condamné à une amende de 1 000 euros avec sursis pour "mise en danger de la vie d'autrui".

• Selon Ségolène Royal, il n'y a "pas de logiciel de fraude" sur les moteurs diesel concernant Renault. L'action du constructeur automobile a perdu jusqu'à 20% aujourd'hui après l'annonce de perquisitions.


• Le gouvernement annonce que les élevages de palmipèdes du Sud-Ouest devront fermer plusieurs mois pour stopper l'épidémie.

16h42 : #Lawrie quasi relaxé. Stupéfaction chez les associatifs, dont le président de l'Auberge des migrants, Christian Salomé : "Ca alors !"

16h41 : "La France est un pays humain. Merci la France, la compassion a gagné", clame Rob #Lawrie.

16h41 : "La France est un pays humain. Merci la France, la compassion a gagné."

Le Britannique réagit après avoir été condamné à une amende de 1 000 euros avec sursis pour "mise en danger de la vie d'autrui".

16h30 : Le procureur a estimé tout à l'heure qu'il y a eu "mise en danger de la vie d'autrui" parce que l'Afghane de 4 ans n'était "protégée par rien, pas de ceinture, etc". Rappel : la fillette était endormie sur une couchette au-dessus de Rob Lawrie dans le fourgon.

16h40 : Rob Lawrie, le Britannique poursuivi pour "aide à la circulation d'un étranger en France" est condamné à une amende de 1 000 euros avec sursis pour "mise en danger de la vie d'autrui".

15h56 : Le délibéré sur Rob #Lawrie devrait être rendu dans environ 30 minutes. / Decision regarding Rob Lawrie case should be known in 30 minutes.

15h56 : Derniers mots de Rob #Lawrie avant mise en délibéré de l'affaire: "Je suis désolé". / Last words by Lawrie before suspension: "I'm sorry."

15h56 : Lucile Abassade, avocate de Rob #Lawrie, demande la relaxe de son client et en appelle à "la clémence" du tribunal.

15h56 : L'avocate de Rob #Lawrie conteste la "mise en danger". Estime que la couchette faisait la taille d'un lit d'enfant, pas indigne.

15h57 : Voici les dernières faits marquants de l'audience de Rob Lawrie, le Britannique accusé de "délit de solidarité" pour avoir tenté de conduire une Afghane de 4 ans au Royaume-Uni.

15h39 : L'information à retenir de l'audience de Rob Lawrie est donc celle-ci : le procureur demande 1 000 euros d'amende pour "mise en danger d'autrui".

15h36 : Le proc ne requiert pas de peine précise pour l'aide à la circulation irrégulière et demande 1 000 euros d'amende pour "mise en danger".

15h36 : Le proc estime également qu'il y a eu "mise en danger de la vie d'autrui", parce qu'enfant "protégée par rien, pas de ceinture, etc".

15h35 : Proc: Rob #Lawrie "aurait pu aider autrement qu'en commettant une infraction, par exemple en aidant à un dépôt de demande d'asile".

15h35 : Après #Lawrie, place au proc JP Valensi : "Nous sommes tous sensibles à la détresse de l'exil et à la situation difficile à Calais."

15h38 : Le procès de Rob Lawrie, le Britannique accusé de "délit de solidarité" pour avoir tenté de conduire une Afghane de 4 ans au Royaume-Uni, se poursuit. Le procureur s'exprime.

15h00 : Pour rappel, la fillette était endormie sur une couchette au-dessus de Rob #Lawrie dans le fourgon, lorsque la douane a procédé au contrôle.

15h00 : Le président: "Vous cherchiez à cacher l'enfant, oui ou non ?". Rob Lawrie: "Oui." / Rob Lawrie admits was trying to hide Bahar from police.

15h00 : Rob Lawrie reconnaît ne pas avoir "pensé" aux conditions de transport de la fillette et à sa sécurité routière. "J'aurai dû", lâche-t-il.

14h59 : Pendant ce temps, Yann Thompson continue de rapporter l'audience de Rob Lawrie, un Britannique accusé d'avoir tenté de conduire la petite Bahar, une Afghane de 4 ans, en Angleterre.

14h06 : Rob #Lawrie apparaît très ému devant le tribunal, s'excuse auprès du président. / Rob Lawrie appears moved, says "sorry" to court.

14h06 : Rob #Lawrie : "Ce que j'ai fait était stupide, j'étais émotionnellement épuisé." / "What I did was stupid, I was emotionally exhausted."

14h06 : Robert Lawrie arrive à la barre, accompagné de son interprète. / Robert Lawrie stands up, with his interpretor translating evrthg in English

14h14 : Notre journaliste Yann Thompson suit le procès de Rob Lawrie, un Britannique accusé d'avoir tenté de conduire la petite Bahar, une Afghane de 4 ans, en Angleterre.

14h04 : Il est 14 heures, voici les principaux titres :

• L'action du constructeur français Renault a perdu jusqu'à 20% à la Bourse de Paris après l'annonce de perquisitions menées par les services de la répression des fraudes.

• C'est le début du procès deRob Lawrie, le Britannique accusé d'avoir tenté de conduire la petite Bahar, une Afghane de 4 ans, en Angleterre. Elle vivait alors avec son père dans la jungle de Calais. Notre journaliste Yann Thompson est sur place.

• Hier, une avalanche a tué deux élèves d'un lycée lyonnais, ainsi qu'un Ukrainien. Comment ces skieurs se sont-ils retrouvés à cet endroit ? La question reste posée, alors que de nombreux signaux auraient dû alerter le groupe.

• Au moins sept personnes, dont cinq assaillants, ont péri ce matin dans des attaques qui ont semé le chaos à Jakarta, en Indonésie. Au moins deux kamikazes se sont vraisemblablement fait exploser dans un quartier du centre de la capitale qui abrite les bureaux de plusieurs agences de l'ONU et des ambassades.

13h27 : #Lawrie est arrivé dans la salle d'audience. Comparaît libre. / Here he is, Rob Laurie, at the Boulogne court house.

13h27 : Qqs minutes avt procès Rob Lawrie. Bahar et son père s'installent. / Bahar and father arrive at Rob Lawrie's trial.

13h28 : Notre journaliste Yann Thompson est au procès de Rob Lawrie, cet homme jugé pour avoir tenté de sauver une fillette de la "jungle" de Calais.

12h15 : Voici le point sur l'actualité à la mi-journée :

Au moins sept personnes, dont cinq assaillants, ont péri ce matin dans des attaques qui ont semé le chaos à Jakarta, en Indonésie. Au moins deux kamikazes se sont vraisemblablement fait exploser dans un quartier du centre de la capitale qui abrite les bureaux de plusieurs agences de l'ONU et des ambassades.

• Hier, une avalanche a tué deux élèves d'un lycée lyonnais, ainsi qu'un Ukrainien. Comment ces skieurs se sont-ils retrouvés à cet endroit ? La question reste posée, alors que de nombreux signaux auraient dû alerter le groupe.

Avant l'ouverture de son procès, Rob Lawrie donne une conférence de presse. Ce Britannique est accusé d'avoir tenté de conduire la petite Bahar, une Afghane de 4 ans, en Angleterre. Elle vivait alors avec son père dans la jungle de Calais. Notre journaliste Yann Thompson est sur place.

L'Organisation mondiale de la Santé annonce la fin de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest. Partie en décembre 2013 du sud de la Guinée, elle s'était propagée au Liberia et en Sierra Leone voisins, les trois pays les plus touchés, puis au Nigeria et au Mali. Plus de 11 000 personnes ont succombé au virus.

11h24 : A une époque on qualifiait ce geste de résistance !

11h23 : Goodyear, Lawrie, état d'urgence permanent... L'esprit "Je suis Charlie" n'est pour certains qu'une figure de style bien vite oubliée...

11h23 : Le monde ne va pas très bien ! C'est ubuesque de condamner une personne comme lui. L'humain serait-il devenu inhumain à vouloir condmner un homme tel que Rob Lawrie ?

11h23 : Dans les commentaires, vous prenez également le parti du Britannique en envoyant des messages de soutiens.

11h21 : Avocate #Lawrie : "Rob a aidé une personne potentiellement en danger, on va s'appuyer dessus pour la défense."

11h21 : Le père de Bahar sera là aussi et pourrait s'exprimer à la barre. / Bahar's father will be at the court house, might give testimony.

11h20 : "La France a l'occasion de montrer que c'est un pays qui a de la compassion. Mais j'ai peur d'un message de fermeté de la justice"

11h20 : "Cette affaire m'a tout coûté, mentalement, émotionnellement, familialement, financièrement." / "This affair cost me everything."

11h20 : "Mon affaire a suscité un énorme élan de solidarité. Je veux que cela serve la cause des enfants réfugiés."

11h19 : Surprise à l'arrivée de Rob #Lawrie : il est accompagné de la jeune Bahar. / Lawrie arrives with young Bahar.

11h19 : Avant l'ouverture de son procès, Rob Lawrie donne une conférence de presse. Ce Britannique est accusé d'avoir tenté de conduire la petite Bahar, une Afghane de 4 ans, en Angleterre. Elle vivait alors avec son père dans la jungle de Calais. Notre journaliste Yann Thompson est sur place.

10h41 : Comment peut on seulement envisager de condamner une personne au grand coeur et aussi remarquable alors que nos élus trempent dans des histoires "sales" et sont pour la plupart relaxés ! Honte ! Grande honte !

10h41 : Espérons que son jugement soit à la hauteur de sa grande humanité !

10h40 : Rob Lawrie doit être acquitté et au contraire félicite pour son humanité.

10h40 : On ne peut pas sauver tout le monde certes, mais "celui qui sauve une vie, sauve l'humanité toute entière" ! Le dilemme est aussi fort que dans la situation où il vaut mieux se laisser faire tuer, que tuer son assaillant...?!

10h41 : Dans les commentaires, vous apportez votre soutien à Rob Lawrie. Ce Britannique, dont le procès s'ouvre aujourd'hui à Boulogne-sur-Mer, est accusé d'avoir tenté de conduire illégalement en Angleterre une fillette afghane de 4 ans rencontrée avec son père dans la jungle de Calais.

10h23 : Sur quoi planchent nos journalistes ce matin ? Voici un aperçu du "menu" de la rédaction :

Notre journaliste Christophe Rauzy travaille sur le contexte dans lequel se sont déroulées les attaques de Jakarta.
Yann Thompson est à Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais) où il suivra en livetweet le procès de Rob Lawrie, l'homme qui avait fait passer une fillette afghane illégalement en Angleterre.
Alors que Bruxelles lance une enquête préliminaire sur le respect de l'Etat de droit, Marie-Violette Bernard se penche sur la crise politique en cours dans le pays.

Enfin, notre journaliste Vincent Daniel est quand à lui occupé par l'appel à la primaire au PS. Que veulent ses signataires ? s'interroge-t-il.