Manifestation anti-migrants interdite à Calais : jusqu'à trois mois de prison ferme pour trois participants

Alors que la comparution du général Piquemal a été reportée, quatre autres participants à la manifestation ont été jugés, lundi, pour "port illégal d'armes".

Un rassemblement est organisé devant le palais de justice de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), le 8 février 2016, avant le procès de personnes interpellées lors d\'une manifestation anti-migrants interdite à Calais.
Un rassemblement est organisé devant le palais de justice de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), le 8 février 2016, avant le procès de personnes interpellées lors d'une manifestation anti-migrants interdite à Calais. (MAXPPP)

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Trois hommes ont été condamnés à des peines de prison, lundi 8 février, par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), après leur participation, samedi, à la manifestation anti-migrants à Calais que les autorités avaient interdite. 

Jusqu'à trois mois de prison ferme. Un manifestant a été condamné à trois mois de prison ferme, un autre a écopé de deux mois de prison ferme, et un troisième a reçu deux mois de prison avec sursis. Une quatrième personne jugée lundi repassera devant le tribunal en avril.

Le procès du général Piquemal reporté. Âgé de 75 ans, l'homme a été désigné comme ayant eu "le rôle principal" dans cette manifestation interdite, et poursuivi pour "participation à un attroupement qui ne s'est pas dissout après sommation". Sa comparution a finalement été reportée en raison de son état de santé.

Les quatre autres personnes ont été contrôlées en amont de la manifestation. Elles portaient sur elles "des armes dangereuses" de type taser, poing américain et cutter et sont jugées pour "port illégal d'armes". Elles risquaient une peine allant jusqu'à un an de prison ferme. Des peines allant de deux mois de prison avec sursis à trois mois ferme avaient été requises par le parquet.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#CALAIS

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CALAIS

20h02 : A l'heure du JT, on refait le point sur l'actu :

Un couple a été gravement blessé par la chute d'un panneau publicitaire, porte Maillot, à Paris. L'homme et la femme sont dans un "état très grave". Les vents violents continuent de souffler ce soir, notamment en Bretagne.

Un homme de 18 ans a été interpellé, près de Dijon (Côte-d'Or), dans le cadre de l'enquête sur de fausses alertes à la bombe dans plusieurs lycées parisiens. Voici ce que l'on sait sur son profil.

La première journée du procès de Jérôme Cahuzac s'est achevée vers 17 heures, alors que ses avocats ont déposé des "questions prioritaires de constitutionnalité" (QPC), contestant le cumul de sanctions pénales et fiscales. Réponse mercredi.

Trois hommes ont été condamnés à des peines de prison ferme par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), après leur participation, samedi, à la manifestation anti-migrants à Calais, que les autorités avaient interdite.

18h15 : Voici un nouveau point sur l'actualité de la journée :

Un couple a été gravement blessé par la chute d'un panneau publicitaire, place de la porte Maillot, à Paris (16e arrondissement). L'homme né en 1990 et la femme née en 1992, sont dans un "état très grave".

Trois hommes ont été condamnés à des peines de prison par le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), après leur participation, samedi, à la manifestation anti-migrants à Calais, que les autorités avaient interdite.

Un homme de 18 ans a été interpellé, près de Dijon (Côte-d'Or), dans le cadre de l'enquête sur de fausses alertes à la bombe dans plusieurs lycées parisiens.

• La première journée du procès de Jérôme Cahuzac s'est achevée vers 17 heures, alors que ses avocats ont déposé des "questions prioritaires de constitutionnalité" (QPC), contestant le cumul de sanctions pénales et fiscales.

17h44 : @Julien : Non. Dès lors qu'un rassemblement est interdit, le tenir tout de même expose les organisateurs et les participants à des sanctions, et ce quelle que soit sa "sensibilité". La peine peut aller jusqu'à six mois d'emprisonnement et 7 500 euros d'amende, rappelle Le Monde. Quant à la comparution immédiate, elle est appliquée aux cas de flagrants délits qui ne nécessitent pas de longue instruction, tout simplement.

17h44 : Les peines prononcées sont-elles comparables à d'autres affaires du même type, ou la sensibilité des protagonistes a-t-elle jouée en leur défaveur ?

16h54 : Annulation du PV pour Florian. Il ne passe rien pour lui aujourd'hui.

16h54 : Romain écope de deux mois de prison avec sursis.

16h54 : Cédric est condamné à deux mois de prison ferme. Mais pas d'aménagement de peine possible.

16h54 : Trois mois de prison ferme pour Arnaud. C'est aménageable.

16h54 : Des peines allant jusqu'à trois mois de prison ferme sont prononcées à l'encontre de trois participants à la manifestation anti-migrants interdite de samedi.

16h36 : Réquisition : deux mois de prison avec sursis, 300 euros d'amende.

16h36 : Il a 28 ans, est père d'une petite fille d'un an. Il est salarié agricole en CDI. Son casier est vierge.

16h36 : On examine désormais le dossier de Romain. Les forces de l'ordre ont trouvé sur lui un poing américain.

16h35 : On passe au cas de Cédric. Contrôlé par les forces de l'ordre, il a remis spontanément le taser qu'il portait.

16h35 : Les prénoms des quatre hommes jugés : Florian Romain Cédric Arnaud

16h35 : Je rappelle que les 4 hommes sont en comparution immédiate pour détention illégale d'armes : poings américains, cutters, taser

16h33 : L'audience est suspendue à Boulogne-sur-Mer. Quatre personnes sont jugées en comparution immédiate pour avoir participé à la manifestation interdite le week-end dernier à Calais. Extraits du procès, que suit notre journaliste Louis San.

16h03 : Bonjour @anonyme. Le général Christian Piquemal a un très long CV dans l'armée. Diplômé de Saint-Cyr et après avoir notamment servi sous les ordres du général Bigeard pendant la guerre d'Algérie, il entame une longue carrière chez les parachutistes. Il est commandant de la Légion étrangère entre 1994 et 1999. Période pendant laquelle il est fait officier de la Légion d'honneur et commandeur de l'ordre national du Mérite.

16h03 : Ce Général Piquemal, quels sont ses états de service ?

15h00 : En ce début d'après-midi voici un nouveau point sur l'actualité :

Le procès de Jérôme Cahuzac vient de commencer, trois ans après ses spectaculaires aveux dans l'affaire de son compte non déclaré en Suisse. Le procès de l'ancien ministre du Budget doit durer jusqu'au 18 février, mais pourrait être reporté. Suivez l'audience en direct.

• Ce devait être l'autre procès du jour. Mais la comparution du général Piquemal, après son rôle dans la manifestation interdite à Calais le week-end dernier, a été reportée en raison de son état de santé.

#METEO Seize départements toujours en vigilance orange pour vents et vagues-submersion. Des vents forts, atteignant en rafales près de 140 km/h, soufflent depuis ce matin notamment sur la Bretagne et la Normandie.


• L'enquête française sur les viols présumés d'enfants centrafricains par des soldats est étendue, après d'autres accusations visant des soldats français de la mission Sangaris.

13h07 : Quelques soutiens du général Piquemal sont partis. La majorité reste pour les quatre autres personnes qui comparaissent.

13h07 : La comparution immédiate est maintenue pour les 4 autres personnes.

13h07 : L'avocat se plaint de n'avoir eu accès ni au dossier, ni à son client. Il comparaîtra le 12 mai.

13h07 : Le général Piquemal ne sera pas présent aujourd'hui. Il est hospitalisé, annonce l'un de ses avocats.

13h04 : Le procès du général Piquemal devant le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer est reporté en raison de son état de santé.

12h37 : Du monde continue d'arriver devant le TGI de Boulogne-sur-Mer

12h37 : "Ca va les patriotes ?", les soutiens du général Piquemal se saluent. Rudy, ancien militaire croisé samedi matin, est là.

12h37 : Venant d'Abbeville, il se dit interloqué par la façon dont le général Piquemal a été interpellé.

12h37 : Un ancien militaire qui a fini sergent-chef dans l'armée est présent. Il porte son béret et ses décorations sur la poitrine.

12h37 : Direction Boulogne-sur-Mer. Notre journaliste Louis San est sur place pour le procès du général Christian Piquemal, ancien patron de la légion étrangère. Il est jugé en comparution immédiate pour avoir participé samedi à un rassemblement d'extrême droite anti-migrants à Calais.

11h55 : Des drapeaux français et une dizaine de personnes devant le TGI de Boulogne-sur-Mer pour le général Piquemal

11h55 : Les quatre autres personnes sont convoquées pour détention illégale d'armes, comme des poings américains, des cutters ou un taser.

11h55 : Des soutiens du général ont appelé à se réunir devant le TGI de Boulogne-sur-Mer dès midi.

11h55 : Parmi ces cinq personnes, se trouve le général Christian Piquemal, ancien chef de la légion étrangère, de 1994 à 1999. Il a 75 ans.

11h55 : Cinq personnes, dont un général ancien patron de la légion étrangère, passeront en comparution immédiate au tribunal de Boulogne-sur-Mer, après leur interpellation samedi à Calais lors d'un rassemblement hostile aux migrants. Notre journaliste Louis San est sur place.

10h02 : Voici les principaux sujets qui seront traités par la rédaction aujourd'hui :

Le procès de l'ancien ministre débute à 13h30, vous pourrez le suivre en direct grâce à notre journaliste Thomas Baïetto. Il sera sur place.


L'examen du projet de révision se poursuit à l'Assemblée à partir de 16 heures : Ilan Caro sera dans l'hémicycle.


Qui est le général Piquemal, ancien patron de la légion étrangère, interpellé samedi à Calais lors d'un rassemblement d'extrême droite hostile aux migrants ? Kocila Makdeche vous dressera son portrait.


Nous suivrons également les conséquences des intempéries qui touchent l'ouest du pays, les mobilisations des agriculteurs, ainsi que la situation tendue à la frontière turquo-syrienne.

12h10 : On commence par un petit rappel des principaux événements d'hier soir et cette nuit.

Ça commence à souffler sur les côtes de France, du Nord au Pays basque. Météo France place 16 départements en vigilance orange aux vents violents jusqu'à mardi matin. Des rafales allant jusqu'à 130 km/h sont attendues, et on attend de très fortes vagues sur le littoral.

Le général Piquemal et quatre autres personnes interpellées samedi passeront aujourd'hui au tribunal en comparution immédiate. Leur tort : avoir participé à la manifestation interdite contre les migrants à Calais.

Le match au sommet de la 25e journée de Ligue 1 s'est soldé par une victoire du PSG sur le terrain de l'OM (2-1). Le résumé en gifs du week-end, c'est par ici.