DIRECT. "Jungle" de Calais : la justice ne tranchera pas ce mardi, l'évacuation en suspens

La préfecture a ordonné "l'expulsion d'office", mardi soir, des habitants d'une partie de la "jungle", mais migrants et associations ont déposé un recours en justice.

Un migrant mmarche sur un talus, le long de la \"jungle\", à Calais, le 19 février 2016.
Un migrant mmarche sur un talus, le long de la "jungle", à Calais, le 19 février 2016. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)
logo
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

La "jungle" de Calais ne sera pas évacuée ce mardi soir. La justice examine, mardi 23 février, l'injonction préfectorale fixant à 20 heures le début de l'évacuation d'une partie importante du campement. Mais le tribunal administratif de Lille a anonncé que sa décision ne serait pas rendue dans la journée, retardant de fait l'ultimatum fixé par la préfecture du Pas-de-Calais.

Décision attendue mercredi ou jeudi. La décision n'interviendra "pas aujourd'hui", a indiqué le tribunal, qui examine à partir de 14 heures la suspension de l'arrêté préfectoral sur l'évacuation de la moitié sud de la "jungle". Le référé a été déposé par 250 migrants et dix associations.

La juge a été constater la situation dans le bidonville. Valérie Quemener, la présidente du tribunal administratif, s'est rendue dans la matinée dans le camp de la "jungle", où vivent 3 700 personnes selon le dernier décompte de la préfecture du Pas-de-Calais, afin de prendre la mesure de la situation. Les migrants n'ont pas commencé à quitter les lieux.

Cazeneuve adoucit le discours. La préfecture du Pas-de-Calais s'est montrée ferme vendredi dans son arrêté "d'expulsion d'office". Mais cette évacuation, que le ministre de l'Intérieur qualifie de "mise à l'abri", se fera "bien entendu en procédant de façon progressive et en privilégiant à chaque instant le dialogue la persuasion et l'information des migrants", a temporisé Bernard Cazeneuve lundi. Il s'est dit prêt à "prendre le temps qu'il faut" pour mener à bien cette "étape humanitaire".

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#CALAIS

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CALAIS

23h50 : La décision d'évacuer la jungle de Calais a été repoussée, après une visite de la juge chargée du dossier. Sur place, le démantèlement du campement ne convainc.




(FRANCE 2)

23h52 : La Belgique a décidé de rétablir des contrôles à la frontière française. "Ce sont des milliers de migrants qui peuvent venir" en Belgique, a expliqué le ministre de l'Intérieur belge, Jan Jambon.




(RTBF / EVN)

18h08 : Voici les principaux titres :

• Le géant du chocolat Mars ordonne un gigantesque rappel de barres chocolatées et confiseries en France, notamment de marques Mars et Snickers.

Barack Obama soumet un plan au Congrès afin de fermer la prison de Guantanamo.


• Aucune décision ne sera prise aujourd'hui sur le démantèlement d'une partie de la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais), annonce le tribunal administratif. Suivez la situation en direct.
Selon une enquête de l'Igas, la Dépakine, un antiépileptique prescrit à des femmes enceintes, est à l'origine d'au moins 450 cas de malformations à la naissance entre 2006 et 2014.

17h06 : Le conteneur sert aussi d'accueil administratif pour les migrants qui veulent intégrer le CAP

17h06 : Des migrants syriens acceptent de nous montrer l'intérieur de leur "maison".

17h05 : À l'intérieur du camp, il y a 125 conteneurs. Chacun peut accueillir 12 migrants dans des lits superposés.

17h07 : Par ailleurs, voici une visite des conteneurs aménagés sur le camp d'accueil provisoire (CAP), afin de loger des migrants en urgence. Ces hébergements sont situés à côté de la "jungle".

17h01 : PH Brandet: "Mais comme pour les adultes, cela prend du temps."

17h01 : PH Brandet: "nous essayons aussi de convaincre les mineurs isolés de se rendre dans des centre prévus pour les accueillir" 1/2

17h00 : PH Brandet: "L'urgence est de mettre à l'abri les migrants qui vivent dans la jungle" 2/2

17h00 : PH Brandet: "L'urgence n'est pas de détruire des cabanes ou de récupérer la lande" 1/2

17h03 : Allons faire un point sur la situation dans la "jungle" de Calais, où nous retrouvons notre journaliste Marie-Violette Bernard. Le porte-parole du ministre de l'Intérieur, Pierre-Henri Brandet, est sur place. Les autorités veulent convaincre les migrants de partir, mais il n'y aura pas d'expulsions forcées, selon lui.

16h35 : "On a informé la Commission européenne qu'on va temporairement déroger à Schengen (...). Le camp à Calais devrait être bientôt démantelé, mais nous constatons déjà un déplacement des réfugiés vers la Belgique."

Jan Jambon a annoncé le rétablissement des contrôles policiers à la frontière avec la France. Il est cité par la RTBF.

16h21 : Les migrants interpellés en Belgique seront reconduits à la frontière avec la France, dit le ministre belge #calais

16h21 : Une journaliste indépendante ajoute que les migrants interpellés en Belgique seront reconduits à la frontière avec la France.

16h29 : Le ministre de l'Intérieur belge tenait une réunion depuis ce matin, selon Le Soir. Carl Decaluwé, gouverneur de la province de Flandre-occidentale, craignait notamment un afflux de migrants à la frontière franco-belge, en cas de démantèlement de la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais).

16h32 : Le ministre de l'Intérieur belge, Jan Jambon, rétablit temporairement le contrôle des frontières avec la France, indique la RTBF.

16h16 : Voici les principaux titres :

• Le géant du chocolat Mars ordonne un gigantesque rappel de barres chocolatées et confiseries en France, notamment de marques Mars et Snickers.

• Aucune décision ne sera prise aujourd'hui sur le démantèlement d'une partie de la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais), annonce le tribunal administratif. Suivez la situation en direct.

Le ministre de l'Agriculture,Stéphane Le Foll, a diligenté une enquête sur l'abattoir bio du Vigan (Gard), après la publication d'une vidéo montrant des actes de cruauté animale. L'établissement a été fermé "à titre conservatoire".

Selon une enquête de l'Igas, la Dépakine, un antiépileptique prescrit à des femmes enceintes, est à l'origine d'au moins 450 cas de malformations à la naissance entre 2006 et 2014.

14h56 : La juge du tribunal administratif de Lille (Nord), Valerie Quemener, s'est rendue, ce matin, dans la "jungle" de Calais (Pas-de-Calais), pour observer les conditions de vie des migrants. Suivie par une nuée de journalistes, elle n'a fait aucun commentaire.



M. MASS & D. MAS / FRANCE 2

13h58 : Voici les principaux titres de l'actualité :

• Aucune décision ne sera prise aujourd'hui sur le démantèlement d'une partie de la "jungle" de Calais, annonce le tribunal administratif. Suivez la situation en direct.

Stéphane Le Foll a diligenté une enquête sur l'abattoir bio du Vigan (Gard), après la publication d'une vidéo montrant des actes de cruauté animale. L'établissement a été fermé "à titre conservatoire".

Selon une enquête de l'Igas, la Dépakine, un antiépileptique, est à l'origine d'au moins 450 cas de malformations à la naissance entre 2006 et 2014, chez des nouveaux-nés dont la mère prenait ce médicament.

• Au moins une personne et morte et dix autres ont été blessées, dans le déraillement d'un train aux Pays-Bas.

13h52 : "Comme les autres ONG, MSF pense que les conditions ne sont pas réunies pour une évacuation"

13h51 : "Les conditions de vie ici sont bien sûr difficiles, mais on a réussi à mettre en place un centre de soins, une école..."

13h52 : Un bénévole de MSF accepte de me répondre, sous couvert d'anonymat.


13h50 : #calais A l'entrée du camp, dans la zone déjà rasée, un groupe joue au Frisbee. Tout au fond, un bulldozer.

13h53 : Retournons justement sur place, pour y retrouver notre journaliste Marie-Violette Bernard. Prévue aujourd'hui, l'évacuation d'une partie du camp de Calais est finalement suspendue à la décision du tribunal administratif, demain ou jeudi.

13h47 : Manuel Valls a justifié l'évacuation de la partie sud de la "jungle" de Calais, ce matin sur RTL. Selon vous, l'Etat peut-il résoudre la situation des migrants à Calais ? C'est notre question du jour.

12h57 : Dans une heure, une audience examine en référé la suspension de l'évacuation de la moitié sud de la "jungle". Mais la décision du tribunal administratif ne sera pas rendue avant demain ou jeudi. L'ultimatum fixé par les autorités – ce soir à 20 heures – est donc caduc.

12h36 : Aucune décision ne sera prise aujourd'hui sur le démantèlement d'une partie de la "jungle" de Calais, annonce le tribunal administratif.

12h07 : Un rappel sur l'actualité de ce mardi midi :

Stéphane Le Foll a diligenté une enquête sur l'abattoir bio du Vigan (Gard), après la publication d'une vidéo montrant des actes de cruauté animale.L'association qui dénonce ces pratiques était déjà à l'origine de l'affaire de l'abattoir d'Alès.

La justice doit se prononcer à 14 heures sur l'évacuation de la partie sud de la "jungle", qui pourrait intervenir dès ce soir. La juge s'est rendue dans le camp ce matin. Vous pouvez suivre la situation dans notre direct.

Après les rebelles, le régime a accepté le principe du cessez-le-feu proposé par les Etats-Unis et la Russie, qui doit entrer en vigueur samedi prochain. Ils poursuivront en revanche les hostilités contre l'Etat islamique et le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

Selon une enquête de l'Igas, la Dépakine, un antiépileptique, est à l'origine d'au moins 450 cas de malformations à la naissance entre 2006 et 2014, chez des nouveaux-nés dont la mère prenait ce médicament.

11h47 : Hashman: "je sais qu'ils veulent qu'on aille dans le camp de containers, mais il y a à peine 500 places, alors qu'on est 5000 ici"

11h47 : Hashman ignorait que les migrants avaient jusqu'à ce soir pour quitter le sud de la jungle.

11h47 : Hashman: "Je voudrais bien rester en France, mais c'est très difficile d'avoir des papiers ou de trouver un travail."

11h47 : Hashman tient une épicerie à l'entrée du camp. Il es arrivé d'Afghanistan il y a 3 mois.

11h47 : A l'entrée du camp, plusieurs camions de CRS sont stationnés.



12h07 : Retour à Calais, où ma collègue Marie-Violette Bernard est dans la "jungle" en attendant que la justice se prononce sur l'éventuelle suspension de l'évacuation d'une partie du camp.

10h04 : Que vous prépare la rédaction de francetv info aujourd'hui ?

Marie-Violette Bernard se rend dans la "jungle" de Calais, dont la partie sud pourrait être évacuée ce soir, et vous pouvez suivre son reportage en direct.

• Après les révélations sur les tampons et les cosmétiques, Marie-Adélaïde Scigacz se demande pourquoi tant de produits du quotidien contiennent des substances potentiellement dangereuses.

• Thomas Baïetto publiera une enquête sur l'éboulement mortel qui s'est produit en janvier sur le site de Bure, destiné à l'enfouissement de déchets nucléaires.

09h47 : La foule de migrants grossit pour suivre la juge dans son déplacement dans la #jungle sud #calais #démantèlement

09h46 : Beaucoup de monde a l'entrée de la "jungle" de Calais pour accueillir la juge des référés

09h46 : Calais, l'entrée de la jungle. Les migrant attendent l'arrivée de la juge. @francetvinfo

09h46 : La juge du tribunal adm vient ce matin ds la jungle, elle peut suspendre l'évacuation ce soir, lt le monde l'attend

09h47 : A 14 heures, le tribunal administratif de Lille doit se prononcer sur l'éventuelle suspension de l'expulsion de la partie sud de la "jungle" de Calais. Avant de trancher, la juge s'est rendue elle-même dans le camp, où elle était très attendue.

09h22 : Faisons le point sur l'actualité de ce mardi matin.

Après une tribune très offensive sur Facebook, hier, Manuel Valls a continué de défendre le projet de réforme du Code du travail sur RTL. Mais il a refusé d'exclure l'utilisation du 49.3 pour faire passer le texte à l'Assemblée : "Je ne suis pas sûr que ça soit aujourd'hui la question essentielle pour les Français."


#ABATTOIR L'association qui avait dénoncé les pratiques de l'abattoir d'Alès publie une nouvelle vidéo choc, cette fois-ci au sujet de l'abattoir bio du Vigan, toujours dans le Gard. On y voit l'abattage d'animaux encore conscients. Une plainte a été déposée.

La justice doit se prononcer à 14 heures sur l'évacuation de la partie sud de la "jungle", qui pourrait intervenir dès ce soir. Vous pouvez suivre la situation dans notre direct.

L'annonce est importante, son application reste à voir. Les Etats-Unis et la Russie ont annoncé l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu, samedi 27 février, en Syrie. L'interruption des hostilités ne concernera toutefois pas le groupe jihadiste Etat islamique, ni le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

06h27 : La "jungle" de Calais est en une de Libération, qui estime que son évacuation partielle n'est qu'une façon de dissimuler le problème.

Libération


06h16 : La préfecture du Pas-de-Calais a répliqué en rappelant que deux recensements des mineurs étrangers isolés avaient déjà été effectués en janvier et février, dénombrant respectivement 316 et 326 enfants. Mais leurs "conditions de vie ne sont pas dignes et décentes", estime la Défenseure des enfants.




(PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS)

07h20 : "Quand on voit des enfants dans la boue et le froid, on ne peut envisager de démantèlement de la 'jungle' comme cela est prévu par l'Etat."

En visite hier à Calais (Pas-de-Calais), la Défenseure des enfants, adjointe du Défenseur des droits, s'est inquiétée de l'évacuation de la moitié du camp de migrants de Calais. L'ultimatum avant celle-ci expire ce soir à 20 heures, même si la justice pourrait bloquer cette décision dans l'après-midi. Avant toutes choses, "la prise en charge et le recensement de chaque enfant doivent être organisés et les catégories d'enfants doivent être déterminées", estime Geneviève Avenard.