Calais : une église et une mosquée de la "jungle" détruites par les bulldozers

Les autorités ont ordonné la destruction de ces deux lieux de culte car elles se trouvaient, selon elles, trop près de la route.

Des policiers français protégeant un bulldozer qui a détruit une église et une mosquée dans la jungle de Calais (Pas-de-Calais), lundi 1er février.
Des policiers français protégeant un bulldozer qui a détruit une église et une mosquée dans la jungle de Calais (Pas-de-Calais), lundi 1er février. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Une opération de démolition de bâtiments précaires s'est déroulée, lundi 1er février, au matin dans la "jungle", le camp accueillant des milliers de migrants à Calais (Pas-de-Calais). Au cours de cette manœuvre, deux bâtiments servant respectivement d'église protestante et de mosquée ont été détruits par des engins de chantier.

Comme l'explique La Voix du Nord, l'opération a révolté les occupants de la "jungle" et les associations de soutiens aux migrants. Selon eux, les autorités s'étaient engagées à ne pas détruire ces lieux de culte. Sur Twitter, des messages de colère, appelant à "ne plus croire les flics", ont déferlé.

"En les détruisant, les autorités méprisent les associations et recherchent le conflit avec les migrants qui, en tant que personnes croyantes, fréquentaient ces lieux", dénonce, dans le quotidien régional, Christian Salomé, président de l’association L’Auberge des migrants. Selon lui, il reste une église orthodoxe et "cinq ou six mosquées" dans le bidonville calaisien.

Le prêtre de l'église évangélique, détruite lundi 1er février dans la jungle de Calais, a tenté d'empêcher la destruction du lieu de culte.
Le prêtre de l'église évangélique, détruite lundi 1er février dans la jungle de Calais, a tenté d'empêcher la destruction du lieu de culte. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

D'après les militants associatifs, l'église et la mosquée détruites ne se situaient pas dans la bande de sécurité, large de 100 mètres, que les autorités ont imposée pour séparer la "jungle" de la rocade portuaire. Une version contestée par la préfecture du Pas de-Calais, citée par La Voix du Nord. Les autorités ont précisé que le bâtiment servant d'école, situé à la limite de cette zone de sécurité, ne sera pas détruit.