Calais : 35 interpellations après l'intrusion de migrants sur un ferry

Le défilé s'est déroulé dans le calme, mais un tag a été inscrit sur la statue du général De Gaulle et une cinquantaine de migrants sont montés sans autorisation sur un ferry.

Une manifestation de soutien aux migrants, à Calais, le 23 janvier 2016.
Une manifestation de soutien aux migrants, à Calais, le 23 janvier 2016. (MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Quelque 2 000 personnes ont manifesté samedi 23 janvier 2016, à Calais (Pas-de-Calais), en soutien aux migrants, pour réclamer "des conditions d'accueil dignes". Parmi eux, des militants du mouvement No Border, composé d'activistes d'extrême gauche venus de toute l'Europe.

Dans le cortège se trouvaient aussi quelques responsables politiques, notamment l'ex-candidat NPA à l'élection présidentielle, Philippe Poutou. "Il y a urgence humanitaire. Il faut accueillir les migrants de manière digne, c'est le minimum qu'on puisse faire", a-t-il dit. "On ne peut pas laisser cette situation perdurer ici. Les gens vivent dans des conditions inadmissibles, indignes, j'appelle M. Valls et M. Cazeneuve à prendre toutes les mesures qu'il faut pour régulariser cette situation", a déclaré de son côté Karima Delli, députée européenne écologiste.

"Nik la France" tagué sur la statue de De Gaulle

Partis de la "Jungle" de Calais, en début d'après-midi, les manifestants se sont dispersés à 16h30, après avoir atteint la place d'Armes au centre de la ville. Alors que l'AFP ne fait état d'aucun incident, une équipe de France 3 Nord-Pas-de-Calais sur place confirme que la statue de Charles et Yvonne De Gaulle, située place d'armes, a été dégradée par un tag, comme le montraient plusieurs photos qui circulaient sur les réseaux sociaux en fin d'après-midi. "Un graffiti avec la mention 'nik la France' a été réalisé par des individus vêtus de noir sur une statue du général De Gaulle", mais le tag "a été très vite effacé" , précise France 3.

Des migrants montent à bord d'un ferry, 35 interpellations

Une cinquantaine de migrants ont ensuite réussi à monter illégalement à bord d'un ferry, dans le port de Calais. En fin de manifestation, vers 17 heures, "un groupe de 500 personnes a forcé le barrage de CRS en direction du port et 150 personnes ont pu s'introduire dans l'enceinte. Sur ceux-ci, un groupe d'une cinquantaine a pu monter sur un ferry", a indiqué à l'AFP la préfecture du Pas-de-Calais. Par mesure de sécurité, l'activité du port a été suspendue.

Vers 20h30, après plus de trois heures de blocage, les migrants ont été évacués par la police, qui a dû avoir recours à une passerelle mobile pour faire la jonction avec le bateau. Selon la préfecture du Pas-de-Calais, 24 migrants ont été interpellés sur le ferry, et emmenés dans les locaux de la Police de l'air et des frontières (PAF) à Coquelles, près de Calais. Onze autre personnes, des militants de No Border d'après la même source, ont subi le même sort.