Son appel du pied aux électeurs du FN pendant l'entre-deux-tours des législatives avait déjà entraîné des réprobations, y compris dans son propre camp politique.

Mais depuis son passage sur France 5, jeudi 21 juin, Nadine Morano suscite une nouvelle fois la controverse. Elle s'y est défendue d'être raciste parce que sa meilleure amie "est plus noire qu'une Arabe". Retour en trois temps sur cette polémique.

1/ Les humoristes s'en donnent à cœur joie

Le piège téléphonique tendu par Gérald Dahan pour Sud Radio avait déjà provoqué l'ire de l'ancienne ministre de l'Apprentissage. Alors qu'elle tentait de rallier à elle l'électorat FN  dans sa circonscription, l'humoriste l'avait appelé au téléphone, en imitant la voix du vice-président du FN Louis Aliot, obtenant une conversation cordiale et une promesse de futures discussions.

Une semaine plus tard, dans l'émission C à vous sur France 5, Nadine Morano est invitée à réagir à un autre sketch. Celui de l'imitateur Nicolas Canteloup, diffusé sur Europe 1 le lundi 18 juin :

2/ De l'art de (mal) se défendre

Cette séquence ne fait pas du tout rire Nadine Morano. "Non, je le prends pas bien" explique-t-elle à l'animatrice Daphné Burki avant d'exposer les raisons pour lesquelles elle ne peut pas être accusée de racisme.

(Francetv info)

Une déclaration qui a immédiatement été relayée par les médias, et qui provoqué de nouvelles railleries notamment sur Twitter, où d'autres humoristes s'en sont pris à l'ex-députée de Meuthe-et-Moselle.

 

3/ Une attaque en règle contre la caricature

Dès le lendemain de son interview, Nadine Morano ne se démonte pas et explique qu'elle voulait "enfoncer le clou" sur BFMTV après un "sketch stupide de Canteloup".

(FTVi)

En qualifiant la caricature humoristique de "connerie", Nadine Morano risque d'attirer un peu plus encore les moqueries... des humoristes. Et l'affaire tombe mal : l'UMP est tiraillée par une guerre de succession. Un conflit interne qui se cristallise sur la question de la droitisation du discours et du rapprochement avec les idées du FN.