Marine Le Pen persiste sur "l'avortement de confort"

La candidate FN à la présidentielle a répété, jeudi 8 mars, qu'elle ne voulait pas "interdire l'avortement, mais mettre fin à des abus".

Voir la vidéo
Francetv info

Mis à jour le , publié le

En pleine Journée de la femme, et après les polémiques, Marine Le Pen a répété qu'elle souhaitait dérembourser les avortement qu'elle qualifie de "confort". Il ne s'agit pas, selon elle, d'"interdire l'avortement, mais de mettre fin à des abus""Il y avait une femme sur dix il y a dix ans, il y en a deux sur dix aujourd'hui qui se servent de l'avortement comme d'un véritable moyen contraceptif", a-t-elle déclaré  dans "Les 4 vérités", sur France 2,  jeudi 8 mars. Elle a déploré "les avortements répétitifs, c'est-à-dire deux fois, trois fois"

Pour Marine Le Pen, la situation actuelle, avec la persistance de 220 000 avortements par an, est "très éloignée" de l'esprit de la loi Veil de 1975, qui dépénalise l'avortement dans certaines conditions. Elle a précisé que le déremboursement de certains avortements ne faisait pas partie de son projet et qu'elle avait simplement répondu à une question d'un média sur le sujet.

Marine Le Pen, le 7 mars 2012.
Marine Le Pen, le 7 mars 2012. (MARTIN BUREAU / AFP)