Selon la Sécurité routière, les conducteurs étrangers représentent 20 à 25% des flashs de radars automatiques pour excès de vitesse.
Selon la Sécurité routière, les conducteurs étrangers représentent 20 à 25% des flashs de radars automatiques pour excès de vitesse. (MAXIME JEGAT / LE PROGRES / MAXPPP)

Fini l'impunité pour les automobilistes étrangers auteurs d'excès de vitesse en France. Après les Suisses et les Luxembourgeois, les automobilistes belges flashés par un radar sur le sol français devront à leur tour payer leur amende à partir du 30 juin, en vertu d'un accord entre les deux pays, a indiqué la Sécurité routière vendredi 22 juin. De même, un automobiliste français pourra être poursuivi par les autorités belges.

En France, les conducteurs étrangers représentent environ 5% du trafic automobile, mais de 20 à 25% des flashs de radars automatiques pour excès de vitesse. La Sécurité routière a également indiqué vendredi que des négociations étaient en cours avec l'Espagne et l'Allemagne sur le sujet. 

Les Allemands sont les plus sanctionnés

A partir du 30 juin, l'Agence nationale du traitement automatisé des infractions (Antai), installée à Rennes (Ille-et-Vilaine), aura accès aux fichiers belges et pourra envoyer dans la langue adéquate les PV, comme c'est déjà le cas pour la Suisse et le Luxembourg. Les accords avec ces deux derniers pays ont déjà permis de recouvrer les deux tiers des amendes. Ces accords bilatéraux permettent de devancer une directive européenne qui doit entrer en application en 2013 et établit la liste de huit infractions (notamment excès de vitesse et feux rouges grillés) donnant obligatoirement lieu à des poursuites au sein de l'UE.

L'Antai traite chaque année 12 millions d'infractions routières, dont 25% sont le fait de conducteurs étrangers. Les Allemands sont les plus sanctionnés, avec 500 000 à un million d'infractions. Les conducteurs étrangers sont impliqués dans 9% des accidents mortels.

Plus de deux mille radars fixes en service

Au 1er juin, la France comptait 2 190 radars fixes, 1 209 radars pédagogiques, 933 radars mobiles, 659 radars aux feux rouges et 8 radars sur des passages à niveau. D'ici à la fin de l'année, une quarantaine de radars "vitesse moyenne", encore appelés radars-tronçons, qui mesurent la vitesse non plus sur un point donné mais la vitesse moyenne sur une portion de route de plusieurs kilomètres, seront également installés à travers le pays.