Les amis de Balkany se rendent à France Télévisions pour dénoncer les "journaleux"

A l'appel de l'adjointe au maire de Levallois, des habitants ont rejoint le siège de France Télévisions, mardi 9 juin, pour dénoncer le "lynchage médiatique" dont est victime, selon eux, le député-maire Patrick Balkany.

Des manifestants apportent leur soutien au député-maire de Levallois (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, mardi 9 juin 2015, devant le siège de France Télévisions, à Paris.
Des manifestants apportent leur soutien au député-maire de Levallois (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, mardi 9 juin 2015, devant le siège de France Télévisions, à Paris. (F. MAGNENOU / FRANCETV INFO)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Nous sommes là pour dire stop au lynchage des élus – tous les élus d'ailleurs – et pour le respect de la présomption d'innocence." Après la diffusion le 4 juin d'un numéro de "Complément d'enquête" sur France 2, consacré au couple Balkany et à sa gestion de l'immobilier, l'adjointe au maire Sylvie Ramond a lancé une pétition de soutien à Patrick Balkany.

Ce mardi 9 juin, donc, rendez-vous sur le parvis de Levallois (Hauts-de-Seine), avant de filer devant le siège de France Télévisions, à Paris (15e arrondissement). A l'heure indiquée, entre 25 et 30 personnes sont sur place. Patrick Balkany est au courant. "Il respecte mon initiative, mais il ne m'a pas donné son avis", précise Sylvie Ramond.

L'adjointe au maire de Levallois-Perret, Sylvie Ramond, le 9 juin 2015.
L'adjointe au maire de Levallois-Perret, Sylvie Ramond, le 9 juin 2015. (F. MAGNENOU / FRANCETV INFO)

Vient le temps des présentations. "– Bonjour, francetv info, de France Télévisions ! Le site, hein..." Certains habitants semblent surpris. "Vous êtes juge ?" ajoute une femme, ironique. "Les journalistes montrent toujours le verre à moitié vide. Il faut donner envie d'avoir envie. En tant que Levalloisienne, je me sens insultée !" Quelques sourires plus tard, le cortège s'engage dans la bouche du métro, pour 40 minutes de trajet à l'heure de pointe. "Ce sont tous des habitants et c'est fait bénévolement", croit bon de préciser un participant. Il faut dire que le cortège est insolite.

"Lettre ouverte aux journaleux"

Les participants ont une dent contre France 2, qui a diffusé l'enquête, mais aussi contre l'ensemble "des médias". Jacqueline a même rédigé "une lettre ouverte aux journaleux". Le document leur conseille de soigner leurs aigreurs d'estomac avec du Nux Vomica. "Je me sens insultée par ces jeunes 'journaleux' qui n'ont pas vécu la transformation de notre ville où tout le monde souhaite vivre." Elle cite même un passage de Pierre Bourdieu pour défendre Patrick Balkany. Le passage en question dénonce les méfaits de la télévision.

L'analyse de "Nine" (il s'agit d'un pseudo) est plus abrupte : "Les médias, ce sont les journaleux qui écrivent de la merde. Ce cœur pour Patrick Balkany, je l'assume totalement."

Une Levalloisienne arbore un badge de soutien à Patrick Balkany, mardi 9 juin 2015, devant le siège de France Télévisions, à Paris.
Une Levalloisienne arbore un badge de soutien à Patrick Balkany, mardi 9 juin 2015, devant le siège de France Télévisions, à Paris. (F. MAGNENOU / FRANCETV INFO)

"Tout le monde veut vivre dans notre ville"

Devant le siège de France Télévisions, d'autres habitants rejoignent le groupe, après avoir attendu sur place. Deux banderoles sont déployées : "Stop au lynchage médiatique" et "Collectif des Levalloisiens", nom du comité imaginé par Sylvie Ramond après l'émission. "C'est joli, ce que vous avez fait", commente l'adjointe au maire. Les agents de sécurité tiquent un peu, mais l'attroupement, modeste, ne dérange personne.

Pas de slogan, pas de chant. Des participants interviennent tout de même pour souligner la qualité de vie à Levallois et vanter sa sécurité, sa politique sportive, la qualité du parc immobilier social, les places facilement obtenues en crèche... Depuis l'immeuble, quelques journalistes de France Télévisions prennent en photo les manifestants, qui prennent en photo les journalistes. "Ah, ils ne descendent pas ! Ils préfèrent boire un café !" commente un manifestant. Le distributeur de boissons, en effet, donne sur la baie vitrée.

Des manifestants apportent leur soutien au député-maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) Patrick Balkany, mardi 9 juin 2015, devant le siège de France Télévisions, à Paris.
Des manifestants apportent leur soutien au député-maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) Patrick Balkany, mardi 9 juin 2015, devant le siège de France Télévisions, à Paris. (F. MAGNENOU / FRANCETV INFO)

Et les affaires, évoquées dans "Complément d'enquête" ? Pas de quoi ébranler l'assistance. "Mais nous, on n'a rien vu, on ne voit rien. Cela ne sert à rien de faire du blabla ! Je l'ai regardée, l'émission. Elle ne m'a fait ni chaud, ni froid", commente Abdelaziz, installé depuis quatre ans à Levallois."Et la présomption d'innocence ? Vous avez vu Eric Woerth, finalement relaxé après avoir été tant sali ?" ajoute une autre. "On n'a pas le droit de détruire un être humain comme ça, peu importe ce qu'il a fait", évoque encore une chef d'entreprise, qui croise parfois Patrick Balkany au marché. "Ce qui emmerde les médias, c'est qu'il a du pognon, c'est tout", résume un homme.

Habitants ou militants ?

Vers 19h30, Abdelaziz a replié sa banderole. Mission accomplie. "Nous étions en semaine, là, mais pourquoi ne pas revenir un week-end ?" Le groupe se dirige vers la station de bus. Pas de métro au retour. "Le plus important, c'est la pétition", rappelle Sylvie Ramond, alors que la manifestation n'a pas mobilisé les foules. "Je suis un peu triste [pour Patrick Balkany] parce qu'on ne peut pas faire une ville comme ça sans avoir du cœur", continue d'argumenter Valentin. Il évoque "les encouragements et les petites tapes", après une campagne de collage ou de "boîtage".

Il montre sa carte UMP, alors on retente. Tous ces gens, ce sont des militants ? "Oui, la plupart des gens ici ont leur carte chez les Républicains ou au Rassemblement pour Levallois [association dont le but est de promouvoir l'action publique du couple Balkany]. Ou les deux." Et ce jeune homme, là-bas ? "Oui, oui, lui aussi, il est aux Jeunes Républicains." Une heure plus tôt, pourtant, l'intéressé se présentait comme un "simple Levalloisien".