La SNCF a commandé près de 2 000 rames de TER trop larges

Selon "Le Canard enchaîné", la facture s'annonce salée. Réseau ferré de France a déjà débloqué 50 millions d'euros pour raboter les quais.

La première rame du Regiolis, le nouveau TER réalisé par Alstom, présentée le 4 juillet 2013 à la gare de Bordeaux Saint-Jean (Gironde).
La première rame du Regiolis, le nouveau TER réalisé par Alstom, présentée le 4 juillet 2013 à la gare de Bordeaux Saint-Jean (Gironde). (MEHDI FEDOUACH / AFP)

Mis à jour le , publié le

L'erreur risque de coûter très cher. La SNCF a commandé près de 2 000 nouvelles rames pour ses futurs TER. Problème : 1 300 quais sont trop étroits pour les accueillir, révèle Le Canard enchaîné, daté du mercredi 21 mai.

Contacté par France 2, Christophe Piednoël, directeur de la communication de Réseau ferré de France (RFF), confirme que des "travaux de maçonnerie" ont déjà été effectués sur 300 quais. Il reste donc à "raboter" 1 000 quais, car les nouvelles rames excèdent parfois de un à deux centimètres la largeur des voies. Christophe Piednoël explique que ces travaux vont coûter 50 millions d'euros sur un budget annuel de 4 milliards d'euros.

Une gare sur six est concernée

Pilotant ce vaste chantier de rénovation des TER français, la SNCF a communiqué aux ingénieurs d'Alstom et de Bombardier les dimensions de ces futures rames, plus larges que les actuelles. Ces dimensions ont été basées sur les données de Réseau ferré de France (RFF), précise Le Canard. Christophe Piednoël assure que "toutes les rames sont conformes et respectent les normes actuelles qui prennent en compte davantage de voyageurs". Mais, ajoute-t-il, "certains quais ont été construits il y a plusieurs décennies, avant même l'instauration de ces normes". De son côté, la SNCF minimise l'affaire en expliquant que ces travaux ne s'appliquent qu'à une gare sur six.

Les régions les plus concernées sont Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes. Alain Rousset, président (PS) de l'Association des régions de France, a déclaré à France 2 qu'"il n'était pas question que les régions versent un centime". 

Voir la vidéo
JULIEN DUPERRAY, JEFF WITTENBERG et CAROLINE ROBILLARD - FRANCE 2