Naturellement, les députés Europe Ecologie-Les Verts (EELV) voyaient bien un des leurs à la tête de la commission du Développement durable. Après de longues discussions, mardi 26 juin au matin, au sein du groupe PS, les élus de la majorité leur ont refusé la présidence de cette commission de la discorde, désormais à l'origine de tensions entre les deux forces alliées. 

Alors que les écologistes militaient en faveur du député EELV de Paris Denis Baupin, les socialistes ont désigné le député PS de l'Indre Jean-Paul Chanteguet à cette fonction.

1. Une réunion houleuse 

"Ça chauffe sur la commission dev durable", écrivait alors le député d'Ille-et-Villaine Marcel Rogement sur Twitter. "Donner la chasse aux Verts ?", s'interrogeait-il, avant de faire état d'une suspension de séance.  

"Nous sommes d'accord pour leur donner une présidence de commission mais pas celle du Développement durable", a confirmé à l'AFP un député PS pendant cette suspension de la réunion du groupe socialiste.

2. Les députés EELV remettent en cause le vote Bartolone

Même si l'élection de Claude Bartolone à la présidence de l'Assemblée est quasiment acquise, le groupe PS étant majoritaire, le groupe EELV, qui compte 16 députés, s'est réuni vers 14h00 pour envisager de ne pas voter pour ce dernier, a indiqué Noël Mamère (EELV): "Nous réagissons très mal. Il ne faut pas que le PS se laisse bercer par l'ivresse de l'hégémonie, ça fait beaucoup après l'épisode de Bricq [l'ex-ministre de l'Ecologie mutée au Commerce extérieur, ndlr]."

En milieu d'après-midi, les députés EELV François de Rugy et Barbara Pompili ont confirmé sur LCP que le groupe voterait blanc au premier tour pour l'élection du président de l'Assemblée nationale. 

3. A quoi servent les commissions ? 

"Les projets et propositions de loi leur sont renvoyés, explique le portail vie-publique.fr. La commission désigne un rapporteur, effectue des auditions, adopte un rapport et des amendements (modifications). Les commissions des Finances et celles chargées des Affaires sociales ont des pouvoirs particuliers liés au suivi de l’exécution des lois de finances et de financement de la Sécurité sociale."

Trois présidences de commissions ont été confiées à des femmes : celle des Affaires étrangères à Elisabeth Guigou, la Défense à Patricia Adam et les Affaires sociales à Catherine Lemorton. Jean-Jacques Urvoas a quant à lui été désigné à l'issue d'un vote des députés. François Brottes est devenu président de la commission des Affaires économiques, Patrick Bloche de celle des Affaires culturelles. Christian Ekert devient rapporteur général du Budget à la commission des Finances, présidée par un UMP.

Françoise Clergeau et Bernard Roman deviennent questeurs, c'est-à-dire députés en charge des finances de l'Assemblée. Le troisième poste de questeur revient de droit à l'opposition.