La femme de Dieudonné dépose la marque "quenelle"

Le dépôt de la marque à l'INPI pourrait viser à protéger l'utilisation de ce geste controversé par des personnes autres que l'humoriste, comme l'essayiste d'extrême droite Alain Soral.

Dieudonné exécute une "quenelle", le 15 janvier 2012 au théâtre de la Main d'or, à Paris.
Dieudonné exécute une "quenelle", le 15 janvier 2012 au théâtre de la Main d'or, à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'information, passée jusqu'à présent inaperçue, a été repérée par le blog musulman Al-Kanz.org vendredi 6 décembre. L'épouse de Dieudonné a déposé, au début de l'automne, les marques "quenelle" et "quenelle+" auprès de l'Institut national de la propriété intellectuelle (INPI).

Sur le site de l'INPI, on peut lire que ces deux marques ont été déposées par la société Les Productions de la plume, représentée par Noémie Montagne, qui n'est autre que l'épouse de l'humoriste Dieudonné, qui a fait connaître ce geste controversé.

La "quenelle" au centre d'un différend avec Alain Soral

La marque "quenelle+" a été déposée le 23 septembre sous la classification 38, qui regroupe les activités du secteur des télécommunications, des agences de presse et des émissions radiophoniques et télévisées.

La marque "quenelle", a été déposée le 1er octobre sous les classifications 32 et 33, qui regroupent les boissons non-alcoolisées et alcoolisées.

Ces dates de dépôt coïncident avec celles de violents échanges par courriels interposés entre Noémie Montagne et l'essayiste d'extrême droite Alain Soral. La semaine dernière, le blog pro-israélien francophone JSSNews révélait la teneur de ces courriers, échangés les 24 et 25 septembre. L'épouse de Dieudonné y reprochait à Alain Soral d'utiliser la quenelle et l'ananas, deux "symboles de reconnaissance" de l'humoriste, sur un autocollant d'Egalité et Réconciliation, l'association politique de Soral.

Le dépôt de ces marques à l'INPI pourrait donc permettre à Dieudonné de se prémunir contre leur utilisation par Alain Soral, ou d'autres. Justement, en novembre, un blog hébergé sur Rue89 révélait qu'Alain Soral s'était lancé dans la commercialisation d'un Beaujolais intitulé "Le Béret, quenelle viticole". Avec, sur l'étiquette, le dessin d'un vigneron mimant le désormais célébre geste.