Me Pascal Wilhelm, le 22 septembre 2010 à Paris. L'ancien avocat de Liliane Bettencourt a été placé en garde à vue le 11 juin 2012.
Me Pascal Wilhelm, le 22 septembre 2010 à Paris. L'ancien avocat de Liliane Bettencourt a été placé en garde à vue le 11 juin 2012. (PATRICK KOVARIK / AFP)

C'est l'un des derniers rebondissements de l'affaire Bettencourt. L'avocat Pascal Wilhelm, ex-mandataire de l'héritière de L'Oréal, ainsi que l'homme d'affaires Stéphane Courbit ont été placés en garde à vue, lundi 11 juin au matin à Paris. Ces gardes à vue ont lieu dans le cadre de l'enquête sur un abus de faiblesse au détriment de Lilianne Bettencourt.

Pascal Wilhem va devoir s'expliquer sur les conditions dans lesquelles Liliane Bettencourt a investi 143 millions d'euros en mai 2011 dans le groupe du magnat de la télévision Stéphane Courbit, dont il était également l'avocat. L'ex-infirmier de Liliane Bettencourt, Alain Thurin, a par ailleurs aussi été convoqué et placé en garde à vue à la brigade financière de la police judiciaire parisienne, selon une source proche du dossier.

Courbit assure n'avoir jamais "parlé d'un euro" avec Bettencourt

Françoise Meyers-Bettencourt, fille de l'héritière de L'Oréal, avait à l'époque dénoncé une "instrumentalisation" de sa mère. Quelques mois plus tard, le 17 octobre 2011, Liliane Bettencourt avait été placée sous tutelle. La gestion de son patrimoine avait alors été confiée à sa fille unique et aux deux fils de celle-ci.

Courbit, lui, a récemment affirmé dans Le Monde ne "pas avoir parlé" d'argent avec Liliane Bettencourt. Toutefois, "elle était au courant de l'investissement" dans son groupe, a-t-il expliqué.