Jean-François Copé prédit un "Printemps des cons" contre François Hollande

"Les cons, c'est nous, c'est vous, ce sont les justiciables, ce sont les victimes, c'est le peuple français, c'est tous ceux qui ne pensent pas comme eux", a lancé le président de l'UMP lors d'un meeting.

Jean-François Copé, le 6 mai 2013, en meeting à Nîmes (Gard).
Jean-François Copé, le 6 mai 2013, en meeting à Nîmes (Gard). (SYLVAIN THOMAS / AFP)

Mis à jour le , publié le

Pour marquer l'anniversaire de l'arrivée de François Hollande à l'Elysée, Jean-François Copé a décidé de frapper fort. En meeting lundi 6 mai à Nîmes (Gard), le président de l'UMP a galvanisé les militants, dénonçant avec des mots très durs "l'échec cuisant" de la première année de François Hollande et "le retour de la culture de l'excuse" face à la délinquance. "Le pays est mal gouverné", a-t-il accusé, en qualifiant le gouvernement de "bateau ivre".

Jean-François Copé est allé jusqu'à prédire un "Printemps des cons", référence à la polémique du "mur des cons". "Que dire du silence du président de la République sur l'affaire scandaleuse du 'mur des cons', tenu par le Syndicat de la magistrature ? (...) Les cons, c'est nous, c'est vous, ce sont les justiciables, ce sont les victimes, c'est le peuple français, c'est tous ceux qui ne pensent pas comme eux. (...) Que François Hollande et sa République des camarades prennent bien garde ! Car je le prédis, il y aura bientôt un 'Printemps des cons', une réponse morale, civique et politique de cette France silencieuse qui ne supporte plus leur mépris", a-t-il lancé sous les applaudissements.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a dénoncé dans un communiqué la "vulgarité" de Jean-François Copé, qui "doit cesser de salir le débat républicain""La violence verbale, la grossièreté des affiches, la vulgarité des discours abaissent le débat politique et ne suffiront pas à faire oublier dix années UMP d'échecs pour la France, dont M. Copé et M. Fillon sont co-responsables", écrit-il.