"Affreux", "disproportionné"... Un Parisien propose à la mairie de raser le Sacré-Cœur

Sur la plateforme de budget participatif de Paris, un habitant a proposé de détruire la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, pour rappeler la mémoire de la Commune de Paris. Mais la mairie a répondu : c'est impossible.

La basilique du Sacré-Cœur devrait encore surplomber Montmartre, à Paris, pendant quelque temps...
La basilique du Sacré-Cœur devrait encore surplomber Montmartre, à Paris, pendant quelque temps... (MANUEL COHEN / MANUEL COHEN)
avatar
Robin PrudentFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Tout en haut de la butte Montmartre, la basilique du Sacré-Cœur domine Paris depuis la fin du XIXe siècle. Mais pour combien de temps encore ? Un habitant du quartier a soumis, samedi 11 février, un projet au budget participatif de la ville pour le raser, purement et simplement. Une provocation qui a tout de même reçu le plus grand nombre de "J'aime" parmi les 2 448 projets soumis.

Pourquoi une telle volonté de destruction ? La description du projet est claire : "Le Sacré-Cœur est une verrue versaillaise qui insulte la mémoire de la Commune de Paris. Le projet consiste en la démolition totale de la basilique lors d'une grande fête populaire." En effet, la Basilique a toujours été considérée comme le symbole de la répression et de l'expiation de la Commune pour de nombreux militants de gauche. Le bâtiment avait été érigé sur la colline de Montmartre, là ou commença l'insurrection de la Commune de Paris, le 18 mars 1871. Depuis, des tags anarchistes sont régulièrement laissés sur le monument à chaque date anniversaire.

"C'est une provocation"

Derrière ce projet fou, signé "Nathalie Lemel", du nom d'une militante féministe de la Commune, se cache en réalité un homme, habitant du 18e arrondissement de Paris, impliqué dans la vie de son quartier. Ce n'est pas la première fois qu'il propose une idée sur la plateforme du budget participatif de la ville, qui permet de financer des projets à hauteur de 100 millions d'euros. Mais cette année, il a décidé de frapper les esprits. 

C'est une provocation pour rappeler ce qu'est le Sacré-Cœur dans la mémoire de la Commune de Paris.

L'homme à l'origine du projet

à franceinfo

Plus prosaïquement, cet habitant n'en peut plus de voir cette édifice surplomber la ville. "Je le trouve vraiment affreux et disproportionné dans le quartier. Il écrase tous les autres bâtiments de ce petit village", explique-t-il. Mais pourra-t-il voir son projet se concrétiser ? Hélas pour lui, il semble bien mal engagé.

"Ce projet est non recevable", répond la mairie de Paris

Contactée par franceinfo, Pauline Véron, adjointe à la maire de Paris chargée de la démocratie locale, laisse peu d'espoir. "Manifestement, ce projet est non recevable et ne fera pas partie des projets pour lesquels les Parisiens pourront voter en septembre", explique-t-elle. Pourquoi ? Il ne semble manifestement pas remplir les critères fixés par la plateforme. "Le Sacré-Cœur n’appartient pas à la Ville de Paris et il s’agit d’un monument classé historique", précise Pauline Véron. En effet, le monument appartient à l'archevêché de Paris.

De toute façon, l'habitant à l'origine de cette folle proposition n'était pas dupe. "Je ne me fais pas d'illusion. C'est potache et cela permet aussi montrer les limites de cet exercice de démocratie directe", explique-t-il. De son côté, l'adjointe au maire invite tous les Parisiens à aller soutenir d'autres projets, avec un leitmotiv : "Nous essayons de construire des choses plutôt que de les détruire."